Master Politique transnationale et mondialisation

Domaine : Sciences humaines et sociales
Mention : Science Politique
Parcours :
- Diversités et discriminations
- Politique transnationale et mondialisation
- Théories et représentations du politique : arts, mots, images


La mention Science politique fournit aux étudiants des compétences opératoires pour comprendre les logiques et les effets des divisions et des inégalités structurant nos sociétés au niveau infranational comme supranational, et pour intervenir professionnellement dans ces domaines. Qu’il s’agisse de désamorcer les tensions ou les phénomènes d’exclusion issus de mécanismes de discrimination (sociale, raciale, sexuelle etc.) ou de s’attaquer aux déséquilibres, lourds de conséquences, marquant les relations transnationales, la connaissance des phénomènes sous-jacents acquise au sein de la formation, comme celle des instruments d’action existants (et de leurs éventuels effets pervers), constitueront la clé de la reconnaissance professionnelle de nos diplômés. La mention dans son ensemble traite de la question du « gouvernement des différences », qui fait l’originalité de la formation et le lien entre les trois parcours.

Le parcours Politique transnationale et mondialisation aborde l’international sous l’angle des coopérations décentralisées et des rapports entre sociétés et fractions de sociétés nationales et place au cœur de la question des mobilités, des circulations d’idées et de groupes, des relations de pouvoir entre différents types d’entités politiques à différents niveaux d’opération.

Il vise à poser les problématiques et les évolutions récentes des relations internationales et transnationales en intégrant à l’analyse la diversité des acteurs (gouvernements à l’échelle nationale, régionale ou locale, organisations internationales, acteurs de la société civile) et des enjeux (dynamiques démocratiques, coopération, sécurité collective, reconfiguration de souveraineté, gestion de biens communs mondiaux). Il s’agit d’analyser les nouvelles modalités de gouvernement, de régulation et de gestion appliquées aux domaines de la coopération décentralisée, des politiques de développement, des droits humains et des migrations pour développer des diagnostics ciblés. L’objectif est de permettre à nos diplômés d’élaborer, conduire et évaluer des programmes dans ces domaines.

L’accès en master est possible :

  • pour les titulaires d’une licence en Science politique ou d’une licence dans un champ compatible : histoire, philosophie, sociologie, etc… (accès en master 1, avec la mention AB au minimum)
  • pour les titulaires d’un master 1 en Science politique (accès en master 2)
  • par validation des études, expériences professionnelles ou acquis personnels (décret 2013-756 du 19 août 2013) : accès sans avoir le diplôme requis, compte tenu des études, des acquis personnels et des expériences professionnelles
  • par validation des études supérieures accomplies, notamment à l’étranger

 

Pré requis

Les prérequis pour un accès à la formation concernent pour l’essentiel les compétences transmises au niveau des licences généralistes de science politique :

  • connaissance des réalités et des pratiques dans certains domaines des politiques publiques, de l’action des organisations, des groupements et mouvements politiques, syndicaux, associatifs, etc ;
  • connaissance des niveaux d’organisation et de décisions publiques (Europe, Etat, région, département, commune…) ;
  • capacité de recherche, de collecte et de synthèse d’informations sur les questions sociales et politiques ;
  • capacité d’analyse, de critique et d’argumentation dans ces domaines,
  • capacités rédactionnelles ;
  • compétences en matière de comparaison et de questions internationales : compétences linguistiques, connaissance des terrains par la mobilité (et éventuellement la réalisation du stage à l’étranger).

 

Modalités d’admission

Les modalités d’admission varient en fonction de la situation de chaque candidat (nationalité, pays de résidence, âge, type de diplôme, diplôme français ou étranger, candidat déjà ou jamais inscrit dans l’enseignement supérieur français, …).
Pour connaître la procédure qui correspond à votre profil, connectez-vous au site internet de Paris 8 à l’adresse suivante : https://appscol.univ-paris8.fr/admission-inscription/

Volume horaire

Le volume horaire global du master (M1+M2, hors stage) pour chaque parcours est de 780h. Les trois parcours se déploient selon une structure similaire comportant à chaque semestre une UE de parcours et une UE de méthode.

Tronc commun/socle commun/mutualisations

Le tronc commun au S1 permet tout d’abord de créer un EC de mise à niveau « Approches critiques du politique » à destination des étudiants de Master qui n’ont pas de formation en science politique. Les étudiants de Master licenciés en science politique pourront suivre en alternative à cet enseignement des EC mutualisés avec d’autres formations/

  • Economie internationale (IEE),
  • Capitalisme et démocratie (IEE),
  • Politique étrangère de l’UE (IEE),
  • Politiques européennes d’immigration (IEE),
  • Séminaire de spécialité Monde(s) anglophone(s) I,
  • Séminaire de spécialité Monde(s) arabe(s) I,
  • Séminaire de spécialité Les Suds I,
  • Séminaire de spécialité Monde(s) postcommunistes I, …

 

Sont également prévus trois enseignements fondamentaux de découvertes des parcours : « Représentation et figuration du politique », « Action publique et politique sociale », « Politique transnationale et mondialisation ».

Sont également prévus des cours de langues et un cours d’introduction aux méthodes de la recherche. Ce cours offre un tour d’horizon des principales méthodes utilisées en sciences sociales du politique : qualitatives, quantitatives et de théorie politique.

Aux S2 et S3, les étudiants suivent un EC transversal mutualisé entre les 3 parcours. Couvrant des problèmes communs à au moins deux des trois parcours, ils permettent de traiter d’objets émergents de la science politique avec un public venu d’horizons divers, et ainsi de stimuler de riches discussions à travers la promotion.

Au S2, les étudiants choisissent un EC transversal parmi les 6 suivants :

  • Discriminations, justice, police
  • Genre et politique
  • Travail, société et politique
  • Race, genre, classe
  • Politiques de santé et inégalités
  • Justice et inégalités

 

Au S2, l’UE « Professionnalisation et recherche » comporte un cours de « gestion par projets et métiers du plaidoyer » et un cours de tutorat.

Au S3, ils choisissent un EC parmi les 6 suivants :

  • Environnement et risques globaux
  • Circulations internationales des idées et transferts de normes
  • Politiques des migrations
  • Religions et nationalismes : approches comparées
  • Expérimentations démocratiques et gouvernance globale
  • Nouvelles technologies et mobilisations

 

Au S3, l’UE « Méthodes et métiers » comporte un séminaire de professionnalisation propre à chaque parcours et un cours « méthodes de la recherche approfondies » commun aux trois. Ce cours détriplé offre aux étudiants un choix entre les méthodes quantitatives, qualitatives et de théorie politique. S’inscrivant dans la continuité du cours d’introduction aux méthodes de la recherche en S1, puis de tutorat en S2, il doit permettre aux étudiants de se spécialiser sur les approches méthodologiques qu’ils jugeront les plus pertinentes pour leur projet de recherche.

Enfin, au S4 sont prévus, dans l’UE de stages et mémoire, un séminaire de recherche et un tutorat. Le premier cours donne aux étudiants la possibilité de préparer et mener une discussion scientifique avec un chercheur qui vient présenter ses résultats. Le second permet un accompagnement fin des étudiants dans la réalisation et la finalisation de leurs recherches e/ ou de leurs stages.

Se rajoute le cours obligatoire « méthodes de la recherche approfondies » et un stage de deux mois. Le S4 étant entièrement dédiée au mémoire de master, les étudiants y suivent uniquement le cours de tutorat accompagnant la rédaction.

Les parcours se dissocient plus nettement et progressivement à partir du S2.

Le parcours Politique transnationale et mondialisation, en plus de l’EC transversal, comprend au S2 trois cours fondamentaux et obligatoires : « Spatialisation des inégalités », « Construire et administrer les différences » et « droits et dispositifs de luttes contre les discrimination ». Au S3, deux cours fondamentaux et obligatoires sont offerts en sus de l’EC transversal et de l’EC libre : « Populations vulnérables », « Mobilisations et discriminations ». S’y ajoutent le séminaire de professionnalisation et le mémoire de M2.

Au S2, le parcours comprend, en plus de l’EC transversal, un cours sur d’ « Histoire du système international : économie et politique », « Conflits, sécurité, guerre » et « Politiques du développement et de la coopération ». Au S3, deux cours fondamentaux et obligatoires sont offerts : « Mondialisation et dominations », « Métiers de la coopération : expertises et contre-expertises ». S’y ajoutent le séminaire de professionnalisation et le mémoire de M2.

Le cadre général des modalités de contrôle des connaissances qui s’appliquent à l’université Paris 8 est voté pour chaque année universitaire en Commission de Formation et de la Vie Universitaire. Ces modalités peuvent être complétées par chaque formation dans une annexe afin de tenir compte de leurs spécificités et de leurs orientations pédagogiques.

Afin de prendre en compte les difficultés spécifiques que peuvent rencontrer certains étudiants en raison d’une activité professionnelle ou de situations particulières notamment de handicap, un aménagement du contrôle continu est proposé au sein de la formation.

Les modalités de contrôle des connaissances et leurs annexes sont communiquées aux étudiants de préférence avant le début des cours ou au plus tard trois semaines après le début de ceux-ci.

Elles sont également accessibles sur https://www.univ-paris8.fr/Regles-de-scolarite-et-d-examens

CRESPPA (UMR 7217) (http://www.cresppa.cnrs.fr/) :

Equipes associées à la formation :

    • Institut des sciences sociales du politique (ISP, UMR 8166 du CNRS-ENS de Cachan)
    • Groupe de sociologie politique et morale (GSPM, EHESS/CNRS)
    • Réseau RING de recherche sur le genre (Université Paris 8)

Poursuites d’études

Doctorat en science politique, sociologie, philosophie…. Axe « arts, savoirs, culture » du CRESPPA, notamment.

Insertion professionnelle

La formation correspond à des domaines d’emploi en émergence liés aux nouveaux dispositifs et instruments de communication, d’information et d’influence politiques (outils numériques, nouvelles branches de l’action publique liées à l’éthique de ces nouveaux outils de communication et nouvelles technologies de gouvernement).

  • Métiers du conseil politique et nouveaux auxiliaires du travail politique associés à ces nouveaux dispositifs de communication politique
  • Métiers liés à la régulation des nouveaux médias et outils numériques
  • Métiers du conseil et de l’expertise sur la protection des données
  • Métiers liés à l’éthique des technologies, notamment appliquée à la communication politique et au gouvernement de la culture
  • Métiers des études, notamment concernant les nouvelles formes de mobilisation (politique et citoyenne) liées aux médias numériques

 

Plus largement, la formation débouche également sur :

  • Métiers liés à la politique culturelle et de la création au niveau local, national, régional et européen
  • Métiers de la communication et du journalisme politique

Le Master valorise et encourage fortement la mobilité internationale étudiante et enseignante semestrielle ou annuelle (et reçoit également un nombre conséquent d’étudiant-e-s venant à travers les programmes Erasmus, Micefa, Crepuq, ou dans le cadre des accords bilatéraux entre l’université Paris 8 et ses partenaires). Ces échanges sont organisés et validés dans le cadre de la formation.

Echanges institutionnalisés :

Europe :

Allemagne, Berlin : Université Humboldt de Berlin ; Allemagne, Brême : Université de Brême ; Espagne, St Jacques de Compostelle : Université St Jacques de Compostelle ; Espagne , Barcelone : Universidad Autonoma de Barcelona ; Grèce, Mythilene (Lesbos) : University of the Aegean ; Island, University of Iceland ; Italie, Florence : Université de Florence ; Italie, Rome : La Sapienza Roma et Roma Tre ; Italie, Turin : Universita degli studi di Torino ; Lithuanie, Kaunas : Vytauto Didziojo Universitetas ; Pologne, Wroclaw : Dolnoslaska Szkola Wyzsza Wroclaw ; Turquie, Istanbul : Université Galatasaray ; Turquie, Ankara : Université Hacettepe.

Accords hors Europe :

En plus des échanges MICEFA et CREPUQ, nous avons des accords avec les départements de science politique de l’Université de Sao Paulo au Brésil, de l’Université Santiago du Chili, de l’Université Brown (Etats-Unis, Providence), de USC (University of Southern California, Etats-Unis), de l’Université de Boston (Etas-Unis, Boston) et de l’Université autonome Benemerita de Puebla (Mexique).

Responsable(s) de la mention :
Vanessa Codaccioni & Bertrand Guillarme

Responsable(s) du parcours :
Médéric Martin-Mazé & Yves Sintomer

Capacité d’accueil :
- Diversités et discriminations :
En M1 : 30
En M2 : 30
- Politique transnationale et mondialisation :
En M1 : 30
En M2 : 30
- Théories et représentations du politique : art, mots, images :
En M1 : 20
En M2 : 20

UFR de rattachement : UFR Textes et sociétés

Secrétariat :
Bât. B2, salle 333
01 49 40 70 75
master-scpo@univ-paris8.fr

Site Internet :
http://www.ufr-textes-et-societes.univ-paris8.fr/Science-politique

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8