• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Evénements > De la distraction en psychanalyse – (...)
  • De la distraction en psychanalyse – Ou comment (et pourquoi) risquer de rencontrer (...)

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • De la distraction en psychanalyse – Ou comment (et pourquoi) risquer de rencontrer l’inconscient

    De la distraction en psychanalyse – Ou comment (et pourquoi) risquer de rencontrer l’inconscient

    Réputé tapi dans les profondeurs, l’inconscient nécessiterait pour être reconnu, et a fortiori connu, une plongée attentive dans les obscurités inquiétantes de l’âme... Pourtant, le dispositif psychanalytique invitait d’emblée à considérer la place de choix que pouvait y tenir la distraction comme méthode et comme éthique pour se départir de la contraction douloureuse imposée par le symptôme : une bouche parle, en associant librement, à des oreilles en état d’écoute flottante, constituant dans ce flux un plan d’immanence où le dire s’autonomise pour faire apparaître dans les plis de sa surface et dans ses capillarités les formations de l’inconscient. Ainsi voit-on dans la séance s’allier deux distractions qui s’aguerrissent l’une à l’autre : distrait.e, celui ou celle qui consent à ne pas parler mais à se laisser dire n’importe quoi – selon la proposition méthodologique révisée par Freud ; distrait.e, celle ou celui qui veut bien recevoir ce qui se dit comme un dire : non comme un énoncé (ce n’est jamais que blabla, dira Lacan), mais comme une énonciation, soit un acte donnant son lieu éphémère au sujet de l’inconscient, qui n’est donc pas là où il pense pas plus qu’il ne pense là où il est. Or, cette division du sujet, dont la psychanalyse a fait son affaire, sans doute n’est-ce jamais que par distraction, et dans la distraction, qu’on peut la rencontrer…

    Un atelier avec Sophie Mendelsohn (psychanalyste), organisé par Dork Zabunyan (ESTCA, Paris 8) ce mardi 11 décembre 2018 de 10h à 13h à l’École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD).

    En savoir plus :

    Téléchargez le flyer de l’évènement

    http://eur-artec.fr/2018/11/21/de-la-distraction-en-psychanalyse-ou-comment-et-pourquoi-risquer-de-rencontrer-linconscient-11-dec/

    Informations pratiques :

    11 décembre 2018 – 10h-13h

    ENSAD, 31 rue d’Ulm 75005 Paris – Salle 308

    Entrée libre dans la limite des places disponibles

    Contact :

    dork.zabunyan@univ-paris8.fr

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page