EA 2027 : Laboratoire de psychopathologie et de neuropsychologie (LPN)


La mission que se donne le Laboratoire de Psychopathologie et Neuropsychologie s’inscrit dans un double paradigme qui a transformé les conceptions de l’évolution des troubles psychiatriques et neurologiques ces dernières années : d’une part la perspective centrée sur les personnes pour une pleine prise en compte de l’impact subjectif de ces troubles, d’autre part la prise en compte des progrès des neurosciences cognitives pour une meilleure compréhension intégrative des processus pathogènes. Articuler ces deux paradigmes de façon cohérente et féconde pour les personnes atteintes de ces troubles est au cœur du projet du laboratoire. Le sens même de ce type de recherche implique une coordination étroite entre recherche fondamentale (validation de modèles psychopathologiques et neurocognitifs) et recherche appliquée (études cliniques de terrain), ce que les deux axes du laboratoire mettent en œuvre en partenariat étroit.

 

L’Axe 1 « Pathologies persistantes, handicap et rétablissement » a pour mission plus spécifique de contribuer significativement aux recherches cliniques relatives aux dimensions psychologiques des pathologies psychiatriques et neurologiques persistantes, avec trois objectifs simultanés :

  • élargir le champ de la connaissance en remettant en cause les barrières liées aux approches trop exclusivement médicales des maladies psychiatriques et neurologiques, au profit d’un abord transdisciplinaire associant psychologie clinique, neurosciences cognitives) et sciences médicales ou sociales
  • appliquer les connaissances obtenues en les mettant directement au service des personnes concernées, avec le souci de participer à l’émergence de pratiques innovantes de soins, mais aussi de contribuer à l’amélioration des dispositifs de soutien à l’insertion sociale et à la qualité de vie subjective des patients et de leurs familles
  • contribuer à répondre aux multiples défis soulevés par la pleine intégration à la vie de la cité des personnes en situation de handicap d’origine psychique ou mentale, avec ses triples enjeux sociaux (inclusion versus stigmatisation), économiques (e.g., le problème de l’insertion professionnelle) et culturels (changement du « regard » sur ces personnes, promotion d’une éthique authentique de la différence).

 

L’Axe 2 « Approche neurocognitive des troubles de la communication et de la mémorisation » s’attache à valider de nouvelles hypothèses scientifiques qui émergent dans la littérature mais n’ont jamais été testées expérimentalement. Il utilise des outils du domaine des neurosciences de façon originale et contribue donc à déterminer leur limite et leur puissance. Outre leur aspect fondamental, ces travaux de recherche, en lien avec ceux de l’Axe 1, ouvrent sur des applications pratiques pour l’amélioration des conditions de vie des patients, et le développement d’outils diagnostiques et de remédiation.


L’Axe 3 « Pratiques innovantes de soins et processus de changement »
s’organise autour des thèmes suivant :

  • Processus thérapeutiques utilisant les transes. Il s’agit d’étudier les processus de changement mobilisés par ces pratiques, que celles-ci relèvent de dispositifs déjà bien implantés en santé (hypnose, relaxation, mindfulness, EMDR...) ou qu’elles existent avec d’autres références culturelles (comme le chamanisme, par exemple). Les enjeux sont importants à la fois pour comprendre les pratiques dont il est question, et pour mettre en exergue les « invariants thérapeutiques  » (pont entre les médecines traditionnelles et celles plus contemporaines) des processus intrinsèques à ces approches. Une place importante dans les travaux de cet axe est donné à l’analyse des dynamiques relationnelles dans ces nouvelles pratiques.
  • Processus narratifs et expérience du sujet. Nous étudions ici non seulement la façon dont les patients vivent les expériences thérapeutiques dont ils sont les bénéficiaires, et aussi la façon dont cette narrativité peut en soi être un levier thérapeutique vers le changement. En particulier, nous centrons l’étude des processus narratifs sur les expériences en lien avec un vécu de transe (réalité virtuelle à vocation thérapeutique, hypnothérapie...).
  • Corporalité et processus de changement. Nous explorons l’idée que la sensorialité et les vécus corporels à partir de cette sensorialité sont premiers dans toute dynamique relationnelle et processus de changement (comme la notion de « présence thérapeutique  » le développe dans le courant humaniste), et ouvre par ailleurs vers la notion de spiritualité. Cette notion de spiritualité telle que nous l’approchons actuellement est mise en lien avec la notion de valeurs (que l’on retrouve notamment en logothérapie ou dans l’ACT avec le mindfulness, faisant ainsi un pont entre la première thématique de cet axe).

Nous explorons ces thèmes de l’axe 3 essentiellement avec le référentiel humaniste-existentiel, phénoménologique, et aussi systémique.

x (x)
 

Directrice : Marie-Carmen Castillo

Directeur adjoint : Antoine Bioy

UFR de Psychologie

ED 224 : Cognition, Langage, Interaction

2 rue de la Liberté
93526 SAINT-DENIS, France

01 49 40 70 63
https://www.lpn-p8.com/


Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8