• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Evénements > Festival Shadows - cinéma indépendant (...)
  • Festival Shadows - cinéma indépendant chinois

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Folk Memory Project (Famine 1959 - 1961)

     

    Projections de films et débats organisés par l’Association Arsinica

    Lundi 12 novembre 2012
    de 12h à 20h
    Amphi X

     

     

    Programme

     

     

    Cinquante ans après la famine qui a ravagé la Chine, les habitants de villages ruraux racontent leurs souvenirs face à la caméra, permettant aux jeunes générations de connaître une partie de leur histoire.

     

    Comment commencer à se souvenir ?

     

    Des réalisateurs, caméra à la main, se rendent discrètement dans des villages dispersés entre la plaine du Hebei et du Shandong, les collines du Hunan et du Hubei ou encore les hauts plateaux du Yunnan. Ils reviennent dans des lieux avec lesquels ils entretiennent un lien particulier et demandent à des personnes âgées vivant dans des fermes rudimentaires et sombres, de partager leurs souvenirs profondément enfouis. Pour ces villageois, la venue de ces personnes, caméra à la main, se tenant devant eux en attendant qu’ils se remémorent les événements lointains, est une première.
    L’action se passe en 2010, dans le cadre du projet de mémoire populaire lancé par le collectif de Caochangdi, pour lequel 20 participants se sont rendus dans leurs villages et ont filmé des entretiens avec des personnes âgées, prenant pour premier thème « les trois années de famine » qui se sont déroulées il y a 50 ans de cela, entre 1959 et 1961. Pour cette raison, ce projet devait d’ailleurs initialement s’appeler le « projet famine ». Leurs auteurs expliquent : « C’est le souvenir de cette famine qui a mis le projet en branle ».

     

    Cette « famine » a laissé des souvenirs pénibles et méconnus. Les participants, tous bénévoles, cherchent à apporter des réponses. Le plus âgé d’entre eux est un villageois de 60 ans qui participe depuis sept ans au « projet documentaire villageois ». Le plus jeune n’a que 19 ans et est un ouvrier sans formation universitaire ni artistique. La plupart des participants sont des étudiants ou des jeunes diplômés nés après les années 1980 et passionnés par la réalisation documentaire. Ces derniers ont choisi de retourner dans leurs villages qui peuvent être leur lieu de naissance, l’endroit où ils ont grandi, le village de leurs parents ou de leurs grands-parents.

     

    Permettre aux anciens villageois de revenir sur cette période de famine, c’est donner la parole à des personnes qui ne l’ont jamais eue, quelles qu’aient pu être leurs difficultés passées et présentes. Leur histoire reste inconnue. Les volontaires du projet reviennent sur un silence, une absence et des histoires somme toute banales, bien loin d’une recherche de sensationnel, d’une étude de terrain superficielle ou d’un travail bâclé, pour construire les bases solides d’une création et d’un témoignage, où la conscience de notre société et la transformation personnelle vont de pair. « ... » Faire resurgir des souvenirs si profondément enfouis demande beaucoup d’efforts et de patience. Cette épreuve imposée aux documentaristes, ainsi que toutes les nouvelles expériences auxquelles ils sont confrontés, constitue au final la force de leurs réalisations.

     

     

    The Satiated Village

     

    The Satiated Village

     

    Luo Village

     

     

     

    Contact : Tao HONG hong.tao@festivalshadows.info | 06 82 95 50 72

    Entrée libre

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page