• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Archives-sinfomer > Histoire des idées et épistémologie (...)
  • Histoire des idées et épistémologie des pratiques somatiques : l’exemple (...)

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Séminaire doctoral ouvert à tous, organisé par le laboratoire d’analyse des discours et pratiques du champ chorégraphique de l’équipe d’accueil 1572



    Lundi 7 février 2011
    de 13h à 18h
    Salle A1 163

     

    Les pratiques somatiques sont des techniques corporelles souvent situées à la croisée des arts gestuels, de la thérapie et du bien-être. Savoirs « mineurs » par excellence, elles se développent marginalement aux savoirs institutionnels du corps et à leurs pratiques (sportives, médicales, voire artistique), et pourtant toujours aussi en dialogue ou en écho avec ceux-ci. Ce dialogue, souhaité ou imposé, est freiné par une double contrainte : d’une part, la nature potentiellement et profondément critique des pratiques somatiques vis-à-vis des modèles dominants et des paradigmes rarement questionnés qui les organisent. D’autre part, la difficulté des pratiques somatiques à articuler leur propre discours, et à expliciter ces ruptures épistémologiques et différences de paradigmes. Cette difficulté affaiblit leur puissance critique initiale et fait parfois de ce dialogue une impasse : soit les pratiques somatiques sont soumises au paradigme dominant (par exemple en apportant la » preuve scientifique » de leur efficacité clinique sans que ce glissement soit interrogé), soit elles sont exclues des territoires institutionnels et reléguées dans les marges du nonsavoir, voire du charlatanisme. Le projet de ce séminaire, centré sur une de ces méthodes, parmi les plus répandues et soutenue par un corpus de sources très riche, est de recenser les sources conceptuelles et culturelles qui fondent la pensée Feldenkrais. Il s’agira de montrer comment, au-delà des savoirs « scientifiques » qui soutiennent l’élaboration de la technique et abondent dans les textes s’efforçant de justifier celle-ci, une telle pratique est délimitée par un horizon culturel, conceptuel et politique profondément interdisciplinaire. A partir de quelques thématiques transversales et cruciales à la pensée Feldenkrais, il s’agira à la fois de retracer les sources de la pensée Feldenkrais, et de construire son horizon philosophique, politique et conceptuel, afin de poser les bases pour une véritable autonomie de son système de pensée ; de le dégager de sa dépendance apparente à des paradigmes dominants ; et enfin, d’interroger les enjeux politiques qui le travaillent, tant dans son histoire que dans son devenir.

     

     

    Contact : isabelleginot@individus-en-mouvements.com

     

     

     

    Prochaines séances :

     

    • Lundi 14 mars 2011 - Ecologie du geste : le corps et ses milieux chez Feldenkrais
    • Lundi 4 avril 2011 - Temporalités : de la temporalité mythique et téléogique des textes à l’idéal du geste réversible des pratiques : l’articulation entre "présence" et "changement" chez Feldenkrais
    • Lundi 2 mai 2011 - Pour une lecture "cripple-queer" des pratiques somatiques : normes en présence au sein des textes et des pratiques chez Feldenkrais

     

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page