Jérémy Bataillon, étudiant et champion de France universitaire


Boucles brunes, regard malicieux derrière de petites lunettes cerclées de métal, il nous expose en souriant son parcours. Le sport a toujours fait partie de sa vie : il commence dès ses deux ans la pratique de la gym adaptée aux enfants en bas âge. Il poursuit dans cette voie pendant sept ans, expérimente d’autres disciplines, la danse hip hop, le football, avant de s’initier à l’athlétisme, et de découvrir le sport qu’il décrit comme le plus exaltant pour lui, le saut à la perche. « Le saut à la perche, ça me donne l’impression de m’envoler. C’est vraiment une sensation qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. » Cet envol est suivi d’une chute, mais Jérémy semble trouver cet aspect très secondaire. L’ivresse du décollage prend le pas sur tout le reste. « C’est un sport atypique, complet, très gratifiant, dans lequel il y a une marge de progression énorme. » Ce sentiment très motivant alimente sa passion pour le saut à la perche. Un autre attrait de la réussite sportive, pour Jérémy, est de devenir un modèle pour les enfants. Il raconte qu’il a reçu des encouragements et des félicitations de jeunes publics lors d’une compétition aux Sables d’Olonne, qui l’ont beaucoup touché. « Ça fait partie des choses que les sportifs peuvent apporter aux jeunes générations, leur donner envie de se dépasser. »
Sa curiosité l’a amené à avoir un parcours atypique et riche, avant d’étudier la géopolitique. Qu’est-ce qui l’a attiré vers cette discipline ? Amateur de voyages, il a étudié deux ans aux États-Unis après l’obtention d’une bourse sportive. Fils d’un journaliste spécialiste du Moyen-Orient, il a depuis l’enfance suivi et débattu la politique internationale au sein de son cercle familial. Attentif au monde qui l’entoure, il s’épanouit dans cette formation.
L’année passée, il conjuguait ces études avec le saut à la perche, ce qui n’était pas sans difficultés. L’entraînement quotidien qu’impose la discipline avait lieu en fin d’après-midi, parfois après une journée de cours chargée. Le master de géopolitique suppose par ailleurs beaucoup de travail personnel, de recherches, et nécessite de maintenir une veille constante sur les soubresauts de l’actualité, en vue de rédiger un mémoire. L’année dernière, celui de Jérémy portrait sur les jeux olympiques et leur impact sur le département de la Seine-Saint-Denis, un sujet fortement ancré dans le territoire où s’inscrit notre Université, et pour lequel il bénéficie de sa bonne connaissance du monde du sport de haut niveau. Jérémy décrit ses professeurs de Paris 8 comme passionnants, et compréhensifs vis à vis de sa double vie d’étudiant et de sportif. Cette année, Jérémy était en césure, se consacrant pleinement au saut à la perche, mais il entend bien obtenir son diplôme et poursuivre cette vie riche et plurielle.
À l’issue du master, il ambitionne de vivre de sa pratique sportive, ou de conserver cet équilibre en continuant d’articuler son futur emploi avec le saut à la perche. Jérémy a pris le goût de la découverte, ayant toujours été mobile, avide d’expériences et amateur d’expérimentations. Il saisirait volontiers une opportunité qui lui permette de travailler à l’étranger. Grand amateur de ski, il imagine bien s’expatrier au Canada. Le champ qui l’intéresse le plus est l’analyse de risque en cyber-sécurité, un enjeu majeur pour l’avenir : « aujourd’hui, on cherche une sécurité sur nos cyberespaces sur le plan technique, mais il faut considérer l’enjeu politique, et les enjeux de territoires. Si j’ai un site avec une extension de domaine française, mais hébergé aux États-Unis, est-ce que ce site est français ? » Les dispositions légales étant attachées aux territoires, cela pose naturellement des problèmes de sécurité et de contrôle. Autre phénomène lié aux enjeux du monde connecté, le flux incessant d’informations. Jérémy s’y est toujours intéressé, et bien qu’ayant bénéficié de clefs pour comprendre les nouvelles politiques et sociales, il précise que l’étude de la géopolitique lui a permis de contextualiser les évènements, de comprendre les causalités et les ramifications des phénomènes politiques : « mon parcours en géopolitique m’a apporté une compréhension différente de ce qui se passe dans le monde. Je ne prends plus les informations comme des faits isolés, aujourd’hui j’ai tendance à essayer d’imbriquer les informations les unes dans les autres. J’ai une analyse qui est plus profonde qu’auparavant. »
L’emploi du temps chargé qu’exige une pratique sportive quotidienne en même temps que la poursuite d’études laisse malgré tout à Jérémy le temps d’avoir d’autres loisirs. Guitariste, grand lecteur de journaux mais aussi de romans, il cite l’Étranger de Camus comme une référence incontournable. Un autre roman l’a beaucoup marqué, qui trouve d’importantes résonnances dans le monde contemporain : 1984 de George Orwell. « Ce livre est très actuel, trop actuel. » nous glisse-t-il avant d’évoquer avec ironie la publicité ciblée que lui adresse Google, qui l’écoute via son téléphone portable. On retrouve son intérêt pour la cyber sécurité et les problématiques liées à la collecte des données personnelles.
Cet entretien nous a permis de découvrir un étudiant animé par sa curiosité, en même temps qu’un athlète poussé par l’envie de repousser ses propres limites. Ouvert sur le monde et conscient de ses enjeux, Jérémy est capable de se recentrer, dans la concentration et la force mentale que suppose l’exercice du saut à la perche, un sport qui défie la gravité.
 
Portrait réalisé par le service communication

Jérémy Bataillon est étudiant en master à l’institut français de géopolitique à Paris 8. Il est également perchiste, et il a remporté le championnat de France universitaire en juin 2018. Licencié FFSU (fédération française du sport universitaire) auprès du SUAPS, il s’entraîne à Franconville et Ermont Eaubonne, quotidiennement. Cette licence lui donne le droit de concourir aux compétitions universitaires. L’année prochaine, il espère être sélectionné pour les championnats du monde ou se mesurent tous les perchistes des universités du monde entier. Nous le rencontrons pour qu’il nous raconte comment s’articulent ses études avec cette pratique sportive.

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8