• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Evénements > Journée d’étude doctorale Poïétique I (...)
  • Journée d’étude doctorale Poïétique I : De la mimesis à l’acteur-marionnette

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Journée d’étude doctorale Poïétique I : De la mimesis à l’acteur-marionnette

    organisée par EA 1573 Scènes du monde, création, savoirs critiques

     

    Affiche de la journée d’étude doctorale

    La journée d’étude doctorale Poïétique I, Processus créatifs "Savoir-faire et savoir expert, entre recherche et création" - De la mimesis à l’acteur - marionnette, aura lieu le mercredi 18 mars 2015, de 9h à 18h (Amphi IV et Studio A1 169).

     

    Le portage par l’acteur de la structure dynamique de l’œuvre, au lieu de l’identification à son seul personnage, rend
    nécessaire la maîtrise sur scène de plusieurs méta-textes, comme les nomme Katia Légeret (langage des mains, des
    yeux, des directions spatiales, du rythme, du texte etc.), coordonnés dans un automatisme simplexe.

     

    La simplexité est
    un terme choisi par le biologiste Alain Berthoz pour définir un mécanisme extrêmement complexe créé geste après
    geste, processus après processus, jusqu’au moment où il se réalise dans une coordination parfaite qui le fait
    apparaître comme étant simple, cette simplicité ne pouvant advenir que s’il a été longtemps et méthodiquement
    assimilé par répétition mimétique.

    Or, aujourd’hui, une grande partie des artistes et des formateurs de théâtre sont
    mal à l’aise avec l’imitation et la transmission traditionnelle par mimétisme, incompatibles à leurs yeux avec la
    créativité, la spontanéité et l’originalité des acteurs. Le « devenir-marionnette » de l’acteur, désiré et prôné par
    Gordon Craig ou Heinrich Von Kleist pourrait-il proposer une voie de réconciliation des deux approches ? René
    Girard nomme « conversion de l’art » ce moment où l’artiste, changeant de point de vue, dépasse l’emprise
    mimétique dans un jeu créatif. En quoi cette hypothèse théorique peut-elle être mise en résonance avec les
    questionnements d’autres champs disciplinaires ? La conception ternaire du corps selon la tradition chinoise du Zi
    Ran (spontanéité travaillée) ; la théorie brechtienne de la « distanciation » ; la « direction de soi-même » des théâtres
    dansés indiens ou du mime ; certaines lois de la thermodynamique et de la biologie définies par Henri Laborit pour
    comprendre les notions « d’intention-marionnettiste/énergie-fil /masse ou matière-marionnette ».

     

    Programme de la journée d’étude doctorale Poïétique I

     

     

    En savoir plus

    www.scenes-monde.univ-paris8.fr

     

     

    Informations pratiques

    Mercredi 18 mars 2015

    de 9h00 à 12h00 - Amphi IV

    de 14h30 à 18h00 - Studio A1 169

    Entrée libre

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page