Journée d’études : Identité et trauma



Journée d’études : Identité et trauma


 
Cliquez sur l’affiche

La psychanalyse n’aborde pas la question de l’identité comme un idéal, comme unenorme, ou comme un moyen de savoir qui on est. Jacques-Alain Miller dénonçait en cesens un symptôme de notre époque, celui du « culte de l’identité de soi à soi ». Du point de vue de l’inconscient, ce qui prime est le rapport à l’Autre et non pas le rapport à soi. Jacques Lacan en 1946 allait jusqu’à penser la folie comme un risque qui « se mesureà l’attrait même des identifications où l’homme engage sa vérité et son être ».
Parlant d’identificationset non d’identité, il mettait en avant le choix du sujet dans son rapport àce qu’il croit être. Ainsi l’identité du sujet en psychanalyse, si elle a une signification, n’estrien d’autre qu’une question sur l’être.Néanmoins, en un autre sens, il est question d’identité en psychanalyse. Car l’identitéest aussi ce qui se répète à l’identique, soit ce qui revient toujours à la même place.
La rencontre traumatique a donc à voir avec l’identité, au sens où ce qui fait trauma pourun sujet est de l’ordre d’une trace à l’origine d’une répétition pulsionnelle. Interroger « l’identité et le trauma », c’est donc tenter de penser l’événement traumatique commece qui laisse une trace ineffaçable et « inassimilable ».
Cette journée d’échange entreanthropologues, philosophes et psychanalystes, sera consacrée à rendre compte desidentifications et de l’identité, à partir de l’expérience traumatique singulière des sujets.
Invités :
F. Ansermet • G. Briole • M.- H. Brousse • D. Cremniter • E. Laurent • R. Rechtman • J. Rogozinski

 
Cliquez sur le programme

 

Informations pratiques :

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8