• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Evénements > La Marche pour l’égalité et contre le (...)
  • La Marche pour l’égalité et contre le racisme - 1983-2013

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Résonances de l’immigration coloniale et post-coloniale

     

    Journée d’études organisés par le département Relations euro-méditerranéennes - Monde maghrébin (REMOMA)

     

     

     

     

    Lundi 16 décembre 2013

    de 9h à 18h
    amphi D 003

     

     

     

    Les trente ans de la "Marche pour l’égalité" offrent l’occasion d’une réflexion sur les "générations" issues de l’immigration, dans un mouvement entre l’histoire de l’immigration, coloniale et post-coloniale.

     

    Comme le précise le sociologue de l’immigration Abdelmalek Sayad, les expressions « enfants issus de l’immigration » et « générations issues de l’immigration » sont des notions distinctes. En effet, le terme « génération » ne doit pas être entendu comme filiation mais comme rupture sociologique. C’est dans ce sens de rupture que doit être appréhendée l’avènement de la « deuxième génération » issue de l’immigration coloniale et postcoloniale des années 1980.

     

    Cette génération, caractérisée par des revendications sociales inédites, apparaît dans un contexte de crise de l’emploi et des dispositifs de socialisation (école, travail, famille etc.). Localisée dans les quartiers périphériques pour une part, cette génération développe avec ses revendications de justice sociale et politique des modes d’expression culturelle remettant en cause les normes dominantes et les valeurs établies (familiale, nationale, religieuse…).

     

    La persistance de l’usage du terme « génération », « deuxième » ou « troisième » pour désigner cette partie de la population de citoyenneté française, interroge toujours autant les fondements historiques et juridiques de la nation française dans sa conception de la citoyenneté et dans sa relation à l’islam comme fait social.

     

    La catégorie d’identification « génération » renvoie également à l’histoire coloniale et au processus historique d’exclusion et d’intégration des immigrants issus de l’Algérie coloniale, de leurs descendants, et plus largement des maghrébins et des postcoloniaux.

     

    Ce phénomène « générationnel » sera ainsi questionné dans sa complexité et dans un mouvement entre l’histoire de l’immigration, coloniale et postcoloniale.

     

     

     

    Programme

     

     

     

    Contact : tramor.quemeneur@univ-paris8.fr

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page