• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Evénements > La musique, art de l’utopie ?
  • La musique, art de l’utopie ?

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Colloque organisé par l’Equipe d’accueil n° 1572 "Esthétique, musicologie, danse et création musicale"




    les 25 et 26 octobre 2012

    de 9h30 à 18 heures

    Amphi B 106

     

     

     

    Programme

     

     

    « Quelque chose manque, et c’est ce manque que le son tout au moins exprime clairement » (Ernst Bloch)

     

    Th. W. Adorno voyait dans la musique l’art le plus utopique ; dans Quasi una fantasia, il écrivait que « si la musique ne peut garantir que ce qui serait différent existe, aucune note ne peut non plus se dispenser de le promettre. La liberté même, ajoutait-il, est pour elle un nécessité immanente. C’est là son caractère dialectique. » Cette complicité entre musique et utopie, c’est sans nul doute Ernst Bloch qui l’a le premier et le plus clairement exprimée dès 1917 dans L’esprit de l’utopie, texte dont plus de la moitié est consacrée à l’art musical. Chez Bloch, comme chez Adorno, c’est le geste même de la musique qui comporte une dimension d’anticipation, par le temps ouvert qu’elle exige afin de se déployer. « Quelque chose manque, et c’est ce manque que le son tout au moins exprime clairement » : rien, peut-être, n’éclaire aussi simplement que cette phrase le point de départ d’une réflexion qui lie irrémédiablement la musique à ce que Bloch nomme le Principe Espérance.

    Mieux comprendre ce qui se joue ainsi dans les oeuvres musicales, saisir les relations entre les catégories techniques du musical et leur potentialité d’anticipation, faire dialoguer des optiques divergentes quant à la définition d’un comportement musical
    porteur d’utopie : le colloque organisé les 25 et 26 octobre 2012 entend multiplier les questions afin d’appréhender cette complicité qui, tout au long du XXe siècle, se présente sous des formes diverses, parfois même contradictoires.
    Ce colloque est dédié à la mémoire de Daniel Charles, philosophe, qui fut l’un des fondateurs du département de musique de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

     

    Contact : Jean Paul Olive jpolive@univ-paris8.fr

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page