• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >FORMATIONS >Diplômes >Masters 2015-2016 >Domaine : Sciences (...) >Mention : Psychanalyse > Master Psychanalyse
  • Master Psychanalyse

    • Enregistrer au format PDF
    • Imprimer cet article
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  •  

    Domaine : Sciences humaines et sociales

    Mention : Psychanalyse

     

    Responsable de la mention : Gérard MILLER

    UFR de rattachement : Sciences de l’éducation, psychanalyse et français/langue étrangère (SEPF)

    Secrétariat : Bât. A, salle 454 - Tél. : 01 49 40 68 00

    Courrier électronique : departement.psychanalyse@univ-paris8.fr

    Site Internet : www.departementpsychanalyse.com

     


    OBJECTIFS DE LA FORMATION ET COMPETENCES VISEES

     

    L’enseignement de Lacan a permis de relire Freud, de mettre à l’épreuve les concepts de la doctrine analytique, d’en comprendre la genèse, d’apprécier à leur juste valeur les développements, remaniements ou déviations qui en ont été proposés.

    Mais cet enseignement s’est aussi orienté vers d’autres tâches : en posant que « l’inconscient est structuré comme un langage », et que le sujet de la psychanalyse est sujet du signifiant, il invite à articuler la doctrine freudienne aux disciplines qui lui sont connexes, à commencer par la psychologie et la psychiatrie. Non pour réduire la doctrine freudienne, mais pour la rendre adéquate à son objet. Avancées théoriques, procédant par la voie du mathème, et qui, par effet de retour, doivent permettre à la psychanalyse d’éclairer également d’autres domaines jusqu’ici cloisonnés par le savoir universitaire, comme la littérature ou l’histoire.

    Le savoir freudien n’est pas réductible à un corps de doctrine clos et définitivement constitué. Fondé sur une expérience qui se répète à chaque cure dans sa singularité, ce savoir doit faire l’objet non d’une initiation, mais d’une transmission. Mais cette transmission n’a de prix qu’autant qu’elle permet d’éclairer et de promouvoir une clinique, c’est-à-dire de rencontrer un réel que d’autres savoirs évitent.

    Ce réel auquel tout être parlant a affaire, Freud l’a rencontré dans ses cures, quand le sujet vient à y buter contre le roc de la castration. Mais il l’a aussi rencontré et saisi, par bouts, dans tout le champ de ce qu’on appelle la culture. En quoi ce champ, pour peu qu’il soit exploré en suivant les chemins qu’il a frayés, se constitue comme Champ freudien, et autorise, requiert même, une approche clinique.

    Car c’est un fait qu’il y a une clinique, soit des types de symptômes ; mais c’en est un autre que cette clinique est pour l’essentiel médicale et psychiatrique, et qu’elle devient chimique et statistique. Le Master de Psychanalyse s’est donc donné pour tâche d’aider au développement d’une clinique de l’époque du discours psychanalytique : c’est-à-dire une clinique qui aborde le symptôme comme un fait de discours.


    FORMATION CONTINUE

     

    Quel que soit votre statut (salarié, demandeur d’emploi, professionnel libéral…) ce diplôme peut être suivi en formation continue.

    Conseils pour le financement, devis et suivi administratif auprès du service Formation Permanente au 01 49 40 70 70 - info-sfp@univ-paris8.fr ou sur www.fp.univ-paris8.fr


    POURSUITE D’ETUDES ET DEBOUCHES PROFESSIONNELS

     

    Le master Psychanalyse permet une poursuite d’études en Doctorat de psychanalyse, rattaché à l’École Doctorale “ Pratiques et Théories du sens ”.

    Ce Master est tout particulièrement destiné à ceux que leur pratique (actuelle ou future) confronte à un réel - l’angoisse, le corps souffrant, le délire - d’autant plus incommode à supporter que c’est de son exclusion, de sa méconnaissance ou de son rejet que se fonde le confort de la réalité.

    Il complète en conséquence la formation de tous les professionnels et futurs professionnels de la Santé, c’est-à-dire aussi bien les professions médicales que paramédicales (professions de soins ou professions de rééducation et de réadaptation), et notamment les psychologues, les psychothérapeutes, les psychanalystes, les médecins, psychiatres ou non, les infirmiers, les aides-soignants, les orthophonistes, les psychomotriciens, les ergothérapeutes, ainsi que tout professionnel du champ socio-éducatif.

     

    Pour les praticiens, qui travaillent ou travailleront dans le domaine de la Santé mentale, il s’agit que la formation les aide, à la lumière de la théorie et de la pratique psychanalytique, à :

     

    • aborder le symptôme comme un fait de discours
    • écouter la souffrance du patient et permettre à la parole de produire des effets autrement plus cruciaux pour le sujet que sa soumission à la toute-puissance chimique
    • mettre en œuvre des formes appropriées d’intervention, notamment thérapeutique, et de suivi

     

    Le diplôme a également pour but de favoriser, notamment à l’endroit d’étudiants venus de l’étranger, la diffusion de la psychanalyse d’orientation lacanienne, savoir spécifiquement lié à la culture française et de contribuer à son rayonnement dans le monde.

    Cela étant, le Master de Psychanalyse qui se propose de conjoindre une réflexion épistémologique, critique, théorique sur la psychanalyse à une ouverture à la clinique psychanalytique, n’est pas, comme tel, professionnalisant, puisque tout psychanalyste doit d’abord et avant tout accomplir une psychanalyse personnelle, en obtenant sa reconnaissance au sein même d’une association psychanalytique. Néanmoins, dans le décret de loi de juillet 2010 sur la formation des psychothérapeutes, le gouvernement a reconnu l’intérêt professionnel du Master de Psychanalyse de l’université Paris 8 en donnant aux titulaires de ce Master et au même titre que les titulaires du Doctorat de médecine ou du Master de psychologie, la possibilité de s’inscrire ensuite, s’ils le souhaitent, dans une formation agréée de psychothérapeute.


    CONDITIONS D’ACCES

     

    Le Master de Psychanalyse ne requiert pas un cursus Cursus Cycle universitaire sanctionné par un diplôme préalable dans la discipline. Il recrute des étudiants provenant de disciplines très variées et répond donc à un éventail très large de parcours antérieurs.

     

    M1 : Licence (littéraire ou scientifique), dans un domaine compatible avec celui du Master, ou diplôme français ou étranger de niveau équivalent, agréé par la Commission des équivalences du département de Psychanalyse.

    Admission sur entretien, après présentation d’un projet de 5 pages à un futur tuteur, directeur de recherche, et accord définitif.

     

    M2 : Le passage des étudiants du M1 en M2 n’est pas automatique : il suppose d’avoir répondu aux modalités de contrôle du M1 mais également d’avoir fait la preuve de son assiduité et de son travail.

    Pas de recrutement direct en Master 2 mais possibilité de dispense d’un certain nombre d’enseignements du Master 1 pour les titulaires de la quatrième année de médecine, d’une maîtrise (littéraire ou scientifique) dans un domaine compatible avec celui du Master, ou d’un diplôme français ou étranger de niveau équivalent, agréé par la Commission des équivalences du département de Psychanalyse.

    Admission sur entretien, après présentation d’un projet de 10 pages à un futur tuteur, directeur de recherche, et accord définitif.

     

    Nombre de places : M1  : 60 - M2  : 60


    MODALITES D’ADMISSION POUR L’ANNEE 2015 - 2016

     

    Le dossier de candidature est à télécharger sur le site de l’université www.univ-paris8.fr rubrique « Inscriptions » du 30 mars au 15 juin 2015 et du 26 août au 15 septembre 2015.

    Date limite de dépôt du dossier complet de candidature avec pré-projet de 5 pages (M1) ou de 10 pages (M2) :

    • le 15 juin 2015 (1re session)
    • le 15 septembre 2015 (2e session)


    ORGANISATION ET CONTENU DE L’ENSEIGNEMENT

     

    La formation que dispense le Master de Psychanalyse est à l’inverse de ce que suppose l’automatisation déshumanisée des soins et la logique comptable, ruineuse humainement et financièrement, qui dominent aujourd’hui la Santé mentale.

    Tous les enseignements du Master de psychanalyse privilégient du coup la prise en compte au cas par cas des sujets en souffrance et se situent à l ‘inverse des assimilations faisant de la folie un pur dérèglement des protocoles mentaux.

    Ils font ainsi tout particulièrement référence aux pratiques cliniques qui s’intéressent au sujet en tant que singulier, à commencer par la clinique psychiatrique classique, qui fut la référence de Freud et celle de Lacan, cette clinique dynamique prenant en compte les trajets de vie, là où les cliniques du symptôme font l’économie de l’évolution des malades, épinglant les sujets en instantanés stéréotypés.

     

    1re année de master (M1) - 312 heures


    1er semestre

     

     

    • Clinique psychanalytique 1 (15 ECTS - 78h)
      • 1 EC au choix (10 ECTS - 39h) parmi :
        • Le symptôme et le lien social
        • Psychanalyse et psychothérapie
        • L’enfant et la psychanalyse
      • 1 EC au choix (5 ECTS - 39h) parmi :
        • Hystérie et obsession
        • La position subjective dans la psychose
        • Clinique des perversions

     

    • Recherche 1 (5 ECTS)
      • Cartel : Etudes de textes et notes de recherche

     

    2e semestre

     

    • Savoirs fondamentaux 2 (10 ECTS - 78h)
      • 1 EC au choix (5 ECTS - 39h) parmi :
        • Savoir et vérité
        • Les mathèmes de Lacan
        • La « lalangue »
      • 1 EC au choix (5 ECTS - 39h) parmi :
        • Psychanalyse et science
        • Psychanalyse et psychanalyse et topologie
        • Psychanalyse et littérature

     

    • Approfondissement 1 (15 ECTS - 78h)
      • 1 EC au choix (10 ECTS - 39h) parmi :
        • Le transfert dans les différentes structures cliniques
        • Clinique de l’adolescence
        • Psychanalyse et TTC
      • 1 EC au choix (5 ECTS - 39h) parmi :
        • Les mathèmes de la psychanalyse
        • Clinique des nouvelles pathologies familiales
        • L’épidémie actuelle des addictions

     

    • Recherche 2 (5 ECTS)
      • Cartel : Etudes de textes et notes de recherche

     

    2nde année de master (M2) - 273 heures

     

    3e semestre

     

    • Clinique psychanalytique 2 (20 ECTS - 117h)
      • 1 EC au choix (10 ECTS - 39h) parmi :
        • La technique psychanalytique
        • Clinique contemporaine de la sexualité
        • La psychanalyse thérapeutique : réussites et échecs
      • 1 EC au choix (7 ECTS - 39h) parmi :
        • Du sujet au parlêtre
        • Lecture lacanienne du rêve
        • Le corps parlant
      • 1 EC au choix (3 ECTS - 39h) parmi :
        • Lire les psychanalystes de langue anglaise
        • Lire les psychanalystes de langue allemande

     

    • Recherche 3 (5 ECTS)
      • Cartel : Etudes de textes et notes de recherche

     

    • Stage clinique 1 (5 ECTS)
      • Stage dans une institution de la santé mentale, ou participation à des colloques et à des conférences en rapport avec la formation, ou participation à des présentations de malades

     

    4e semestre

     

    • Approfondissement 2 (20 ECTS - 78h)
      • 1 EC au choix (10 ECTS - 39h) parmi :
        • L’équilibre de la pulsion
        • Clinique des nouvelles pathologies familiales
        • Abords cliniques de la jouissance
      • 1 EC au choix (10 ECTS - 39h) parmi :
        • La formation du psychanalyste
        • L’orientation lacanienne
        • L’institution psychanalytique

     

    • Recherche 4 (5 ECTS)
      • Cartel : Etudes de textes et notes de recherche

     

    • Stage clinique 2 (5 ECTS)
      • Stage dans une institution de la santé mentale, ou participation à des colloques et à des conférences en rapport avec la formation, ou participation à des présentations de malades.

     

    Travail en cartel
    Le cartel est un dispositif de travail inventé par Jacques Lacan en 1964, pour rendre vivante l’étude de la psychanalyse. Il s’agit d’adopter « le principe d’une élaboration soutenue dans un petit groupe. Chacun d’eux se composera de trois personnes au moins, de cinq au plus, quatre est la juste mesure. Plus une chargée de la sélection, de la discussion et de l’issue à réserver au travail de chacun. »

    Les étudiants de master sont ainsi invités à prendre part à un cartel et à en informer leur directeur de recherche, mais sont laissés libres de son organisation.


    MODALITES DE CONTROLE DES CONNAISSANCES

     

    Chaque cours ou séminaire clinique donne matière à un EC semestriel, qui suppose et un contrôle continu et la remise en fin de semestre d’un travail écrit lié à l’enseignement suivi.
    Chaque séminaire de recherche donne matière à un EC semestriel, qui suppose un contrôle continu, mais également un ou plusieurs exposés oraux.

    L’étudiant doit par ailleurs rédiger un mémoire, et ce aussi bien en Master 1 qu’en Master 2, mémoire suivi individuellement par son directeur de recherche et travaillé de plus en « cartel ».


    ADOSSEMENT A LA RECHERCHE (EQUIPE D’ACCUEIL DE LA SECTION CLINIQUE EA EA Equipe d’accueil.
    L’Equipe d’Accueil constitue la structure la plus fréquente des unités de recherches propres de l’enseignement supérieur.
    Ses diverses orientations doivent faire état d’un programme d’actions articulé sur plusieurs années.
    Les équipes d’accueil sont destinées en priorité à l’encadrement de doctorants.
    4007)

     

    Cinq équipes de recherche clinique en milieu hospitalier travaillent à partir de l’expérience du cas et de la présentation de malade mise en place dans le cadre de la Section clinique. Ces présentations de cas sont réalisées avec la participation de professionnels qui accueillent tout au long de l’année les étudiants du Master 2 (et, éventuellement, ceux du Master 1).

    La clinique n’est pas une science, c’est-à-dire un savoir qui se démontre ; c’est un savoir empirique, inséparable de l’histoire des idées. Ces équipes ne font que suppléer aux défaillances d’une psychiatrie à qui le progrès de la chimie fait souvent négliger son trésor classique. Elles y introduisent aussi un élément de certitude : le mathème de l’hystérie. Quelles que soient les raisons qui conduisent un patient à l’hôpital psychiatrique ou dans un autre lieu intéressant le domaine de la Santé mentale, c’est toujours une urgence, celle d’un sujet précipité là par la vacillation, le laisser en plan, les retours dans le réel, le lâchage signifiant, la certitude conclusive, etc.

    C’est dans ce contexte d’urgence que travaillent ces équipes de recherche, à travers notamment la pratique dite de « présentation de cas », qui doit faire scansion pour le patient, en lui laissant entrevoir une formulation de certaines de ses déterminations, en même temps qu’une issue possible, parfois même dans un nouveau lien de parole.

     

     

    • Enregistrer au format PDF
    • Imprimer cet article
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page