Séminaire International et Interdisciplinaire de Recherches Spinozistes



Séminaire International et Interdisciplinaire de Recherches Spinozistes


Organisé par Charles Ramond et Jack Stetter, avec le soutien de la Commission de la Recherche (ex CS) de Paris 8 et de l’EA 4008 LLCP
 
 
Affiche Spinoza à Paris 8

 
 

Présentation du Séminaire



La figure de Spinoza a été présente dès l’origine de la création de l’Université de Vincennes. Spinoza était
pour Deleuze « le Christ des philosophes ». Badiou, dans des entretiens récents, déclare s’approcher
toujours plus d’une vision spinozienne de la subjectivation et des affects de joie, dont il compte faire la
matière du troisième volume de L’Être et l’Événement.
 
La confrontation des thèses de Foucault et de
Spinoza est maintenant de mieux en mieux instruite. La réflexion de Rancière sur les « mécomptes »
démocratiques, ou les analyses de Lyotard (par exemple dans "Pourquoi philosopher ?") croisent,
rencontrent, discutent, les thèses de Spinoza.
 
L’ambition du Séminaire, conformément à l’orientation
contemporaine et internationale de l’Université de Paris 8, sera d’accueillir le meilleur de ce qui se publie
aujourd’hui non seulement en philosophie sur Spinoza, mais autour ou à propos de Spinoza dans tous les
champs du savoir, de la connaissance et de la création.
 
 

Prochaine séance


Jeudi 26 février : Pierre-François MOREAU : « Qu’est-ce qu’une
révélation ? »

Les deux premiers chapitres du Traité théologico-politique sont consacrés à la prophétie et aux prophètes. La suite de l’ouvrage s’y reportera encore souvent, puisque les chapitres s’appuieront alternativement ou simultanément sur la raison et sur les textes sacrés issus de la prophétie. Quel est le mécanisme par lequel a lieu la révélation prophétique ? Spinoza déclare : « Par quelles lois de la nature eut lieu cette révélation, j’avoue que je l’ignore » (ch. I, § 27 : « Quibus autem naturae legibus id factum fuerit, fateor me ignorare »). D’une part cette absence d’explication ne gêne pas le raisonnement de Spinoza, puisque celui-ci construit dans ces deux chapitres sa doctrine de la prophétie uniquement sur les textes de l’Ecriture. D’autre part, on peut néanmoins se demander si cette ignorance représente le dernier mot du spinozisme sur la question. L’Ethique en effet présente une théorie de l’imagination qui semble pouvoir éclairer le phénomène de la révélation. Cependant puisque toute imagination n’est pas prophétique, qu’est-ce qui distingue cette forme spécifique d’imagination et qu’est-ce qui lui assure son efficace ? Autrement dit : si la théorie spinoziste de la religion – à la différence de celle des libertins dont elle est parfois proche – sert à penser la religion autrement que comme une imposture, à quelle doctrine des affects le doit-elle ?
 
Pierre-François MOREAU est Professeur des Universités en Philosophie au Département des Sciences Humaines de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, et Directeur de l’Institut d’Histoire de la Pensée Classique (IPHC, UMR 5037). Spécialiste internationalement reconnu de la pensée de Spinoza et de la pensée moderne, Il a traduit avec Jacqueline Lagrée Le Traité Théologico-Politique(Paris : PUF, 1999) dans le cadre de l’édition des Œuvres de Spinoza qui paraît sous sa direction. Il est l’auteur, entre autres nombreux ouvrages, de Spinoza. L’expérience et l’éternité. Recherches sur la constitution du système spinoziste(Paris : PUF, 1994).
 
La séance sera ouverte et introduite par M. Patrice VERMEREN, Directeur du Département de Philosophie de l’Université Paris8
 
 

En savoir plus


Contacts : Charles Ramond et Jack Stetter 
 
 

Informations pratiques


Jeudi 26 février 2015
De 18h à 20h
Salle C005, Métro Saint-Denis Université (Ligne 13)
 

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8