Séminaire : Migrations en Méditerranée : Fluidité et barrières. Des langages pluriels



La séance du jeudi 21 février est reportée au 14 mars 2019.
 
 
Ce séminaire est organisé par le Master Méditerranée-Maghreb Europe Département Relations euro méditerranéennes - UFR EriTES. Coordonné par Pascale Froment, les jeudi de 12 à 15 heures en salle D 008, à l’exception de la première séance qui aura lieu en salle D003, le jeudi 17 janvier 12-15 heures en D 003.

Le séminaire propose d’aborder la question des migrations en Méditerranée en s’attachant plus particulièrement aux dynamiques de « frontiérisation » ainsi qu’aux formes de résistance générées par le durcissement des politiques migratoires. Les approches croisées de chercheur.e.s, de membres d’ONG, de journalistes, permettront d’éclairer ces logiques dans leur pluralité comme dans leurs contradictions.
 
L’objectif du séminaire est double. Il vise en premier lieu à éclairer la question des migrations dans leur diversité, en s’attachant plus particulièrement aux dynamiques de frontiérisation - entendue comme processus de construction, de renforcement, de mise en scène de la frontière – en raison de la centralité de la Méditerranée dans cette logique. Mobilisant une dialectique ambivalente qui met en regard la fluidité supposée des flux et les multiples blocages et segmentations des expériences migratoires, il s’agit d’interroger le passage - ou les formes d’alternance et d’imbrication - d’un « espace mouvant » à un « espace nasse » par les trajectoires toujours plus bousculées des migrants. Les politiques de fermeture des entrées légales de l’Europe, les conflits qui bouleversent les pays de la Méditerranée et leurs voisinages, engendrent une intensification des passages qui est le corollaire d’une « illégalisation, déshumanisation, dissuasion des flux ». Ce processus s’est mis en place selon des rythmes et des formes multiples obéissant conjointement à une sécurisation des frontières externes, en contrepoint de la libre circulation interne dans l’espace Schengen. Il donne lieu à une transformation et complexification des configurations spatiales de la frontière : de linéaire, dans sa dimension classique, elle se fait lieu, réseau, zone. Mais si le durcissement des politiques migratoires s’accompagne d’un arsenal technique toujours plus performant, il s’agit aussi de saisir les formes de résistance et de contestations qu’il génère à différentes échelles de la part d’acteurs multiples : depuis les ONG jusqu’aux maires « rebelles » des villes espagnoles ou italiennes, aux simples citoyens et bien sûr aux migrants eux-mêmes. Le deuxième objectif du séminaire est donc, à partir d’études de cas empiriques, de mêler des paroles plurielles pour évoquer les flux et expériences migratoires dans l’espace méditerranéen, celles de chercheurs, de membres d’ONG, de journalistes, et à partir de démarches et langages divers : cartographiques, artistiques, etc.

En savoir plus :


 
Le site du Master Méditerranée-Maghreb-Europe

Informations pratiques :


Jeudi de 12h à 15h en salle D 008 (Bât D).
 
 

La séance du jeudi 21 février est reportée au 14 mars 2019.
 

Contact :


Pascale.froment@univ-paris8.fr

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8