Sémiotique des frontières. Art et littérature.


Journée d’étude organisée par le Projet Frontières (LABEX
ARTS-H2H)





 
 
Mercredi 20 novembre 2013,
de 9h à 18h
à l’École nationale supérieure
Louis-Lumière, salle 12
Texte de chapeau (1 à 2 phrases maximum) :
 
 
 
 
L’art - dont la littérature - se joue des
frontières, c’est bien connu. Il ignore, gomme ou transgresse la barrière,
franchit, bouscule et dépasse la limite au-delà de la borne et autres marques
de territoire. Mais, aussi bien, n’en crée-t-il pas d’autres, mollement ou
radicalement nouvelles, prétendues tour à tour personnelles ou collectives, que
le Sujet de l’énonciation, créateur‑récepteur, propose, s’impose malgré lui ou
dispose à sa guise ?
 
S’agissant de la frontière référent - celle de
la géopolitique -, de la frontière disons sémantique - celle du contenu, qui en
termes binaires se réalise par exemple dans l’opposition entre vie et mort,
nature et culture, homme et femme, humain et inhumain, sain et pathologique,
etc.- ou de la frontière d’expression -, langues, genres, styles...-, six
chercheurs défrichent le terrain du passage de frontière(s) au cours de cette
journée d’études, en prélude au colloque international sur le thème qui est
prévu pour l’automne 2014.
 
Ils se penchent aussi bien sur la stratégie de
l’écriture que sur le rôle de la contrainte dans l’élaboration de l’image. S’il
est un terme prégnant dans leur propos, c’est celui de « confins »,
dont la richesse en ce domaine est d’emblée perceptible car s’y disent tout à
la fois le mouvement vers le bord, la communauté des limites, la jonction comme
la séparation du Même et de l’Autre, du familier et de l’étranger, et encore,
précisent les dictionnaires, le « passage intermédiaire, la transition
(entre deux états, deux situations »).
 
 
 
Contacts : Michel Costantini (mic.costantini@wanadoo.fr) et
Arnaud Laimé (arnaudlaime@yahoo.fr)
 
Réservation obligatoire avant le 20 novembre
(arnaudlaime@yahoo.fr)

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8