• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Evénements > Gradiva : créations au féminin
  • Gradiva : créations au féminin

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Gradiva en co-créations

     

    Organisé par le département d’études de genre de l’Université et ses partenaires.

    Affiche de l’événement

    La création évoque souvent l’acte d’un créateur genial et unique, à l’origine de l’œuvre dont il est l’auteur. Cette représentation divine ou sacrée escamote des pratiques de création basées davantage sur l’altérité, la relation plurielle et la dimension collective. En partant des interrogations autour des créations « au féminin » au cœur des différences sexuelles, ce colloque ouvre la réflexion du côté des co-créations qui remettent en jeu les rapports de genre (gender) ainsi que les genres (littéraires, artistiques…) de la création.

    En tant qu’inter-subjective la co-création convoque plusieurs identités, personnes et genres, certaines en relation généalogique (filiation, parenté, sororité, fraternité), d’autres, en relations amoureuses (couples d’écrivain-e-s et artistes). De façon évidente les œuvres filmiques, architecturales, musicales, théâtrales ou éditoriales naissent d’une multiplicité d’acteurs/trices et d’actes de création. Ainsi, les auteur-e-s sont plusieurs bien qu’ils/elles ne soient pas tous/toutes nommé-e-s dans la série autoriale de la création au même titre.

    En-création met l’accent sur le processus plus que sur le produit fini de la création. Quand est-ce que la création commence ? Quand s’arrête-elle ? Est-ce qu’on peut véritablement fixer le commencement et la fin du livre ? De l’œuvre artistique ? D’une performance ? Même "fini", le livre, les œuvres plastiques, le film, la composition musicale… recommencent, revivent, parfois métamorphosés lorsqu’il y a traduction, réécriture, reprise (adaptation filmique, novélisation, transposition picturale…). En quoi la lecture, l’interprétation, la récriture sont une prolongation, une reprise, une recréation de l’oeuvre ?

    Programme de l’événement
    A télécharger en PDF

     

    Informations pratiques

    Vendredi 25 et samedi 26 mai 2018

    De 09h à 18h

    Maison du Portugal (Cité Universitaire)
    7 P, boulevard JOURDAN
    75014 PARIS

    Contact

    nadia.setti@univ-paris8.fr

     

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page