• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Evénements > Informations sur la mobilisation en (...)
  • Informations sur la mobilisation en cours à l’Université

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Informations sur la mobilisation en cours à l’Université

     

    Nous vous informerons dès que possible de l’évolution de la situation notamment via les mails de Paris 8 (messagerie étudiante eP8) et les réseaux sociaux :

     

    Message du 14 mai 2018 à 18h

    Chères et chers collègues,

    Ce matin devait avoir lieu une session d’examens délocalisée à Saint-Ouen, sur un site prévu à cet effet, organisée pour une UFR de notre université. Celle-ci n’a pas pu avoir lieu dans des conditions acceptables, bien que des mesures de sécurité aient été prises pour préserver l’intégrité des biens et des personnes. Un certain nombre d’étudiant.e.s ont pu gagner la salle d’examen avant que n’intervienne un groupe de bloqueurs venus de Paris 8 et d’ailleurs, décidés à l’empêcher coûte que coûte.

    Les étudiant.e.s, les équipes pédagogiques, les responsables de formation ne peuvent être exposé.e.s à des situations qui les mettent en danger. C’est pourquoi, en accord avec l’équipe pédagogique concernée, nous avons immédiatement pris la décision d’annuler cet examen.

    Constatant l’impossibilité d’assurer la tenue d’évaluations sur table dans des conditions sereines, nous avons demandé aux composantes (hors formation continue et enseignement à distance) de proposer des solutions alternatives dans le cadre prévu par les modalités de contrôle des connaissances et leurs annexes telles que votées par les seules instances compétentes. Nous rappelons qu’il ne saurait y avoir de validation a priori du semestre.

    Bien cordialement,

    L’équipe présidentielle

     

    Message du mercredi 9 mai 2018

    Cher-e-s collègues,

    Vous êtes nombreux à nous faire part de courriers comminatoires vous enjoignant de ne pas procéder aux évaluations selon les modalités définies par les équipes pédagogiques, votées dans les composantes et approuvées en CFVU.

    Soucieux de promotion sociale, nous refusons que les établissements de la périphérie parisienne soient des lieux de relégation universitaire : nos étudiants aussi ont droit à du contenu pédagogique et scientifique, à des procédures d’évaluation stabilisées et à des diplômes reconnus. Si le contexte particulier du second semestre peut conduire à d’éventuels aménagements, ceux-ci relèvent de la seule décision des équipes pédagogiques, sous la responsabilité des directions de composante et en conformité avec le cadre réglementaire.

    Comme nous l’avons rappelé dans un précédent ALL-P8, la validation a priori d’une année ou d’un semestre dévaloriserait nos diplômes, outre qu’elle serait non conforme aux modalités de contrôle de connaissance telles qu’arrêtées par notre établissement et dont voici deux extraits :

    • « l’obtention du diplôme de Licence ou de Master implique la validation par un jury de diplôme de l’ensemble des UE correspondantes à la structure de chacun de ces diplômes. Cette validation est fondée sur un contrôle de connaissances ou des aptitudes de l’étudiant  » (article 4 des modalités de contrôle des connaissances).
    • « Le contrôle des connaissances implique notamment des contrôles écrits et des contrôles oraux tels que mentionnés dans le complément aux règles de scolarité établi au sein de chaque UFR ou Institut. Dans chaque UE et EC, et à chaque niveau d’études, les aptitudes et acquisitions des connaissances sont appréciées soit par un contrôle continu et régulier, soit par un examen terminal, soit par une combinaison des deux » (article 5 des modalités de contrôle des connaissances).

    Nous continuons à nous tenir à la disposition des départements, UFR et responsables de diplômes afin d’assurer une fin d’année qui soit à la hauteur des ambitions académiques et pédagogiques de chacun.

    Bien cordialement,

    L’équipe présidentielle

     

     

    Message du jeudi 3 mai 2018

    Cher.e.s Collègues,

    Le rétablissement des conditions de libre circulation des personnels a permis la reprise des activités administratives. Celles-ci s’exercent cependant dans des conditions difficiles et dans un environnement parfois très dégradé. Des bâtiments ont particulièrement souffert des occupations et demanderont des opérations de réhabilitations lourdes.

    Nous dissocions bien évidemment le mouvement social des débordements constatés que nous déplorons d’autant plus qu’ils portent atteinte aux principes défendus par une grande majorité de ses acteurs. L’expression syndicale, le débat public et l’action politique contribuent à la richesse de la vie de notre université. Et l’implication de membres de notre communauté dans les réactions suscitées par la loi ORE démontre l’attention que beaucoup de personnels, enseignants-chercheurs et BIATSS portent à la démocratisation de l’enseignement supérieur.

    Cet attachement au service public, à la promotion sociale par les études, nous le partageons. C’est ainsi que deux semaines après les premières annonces de la ministre, nous avons réagi par un texte diffusé le 27 novembre en all p8. Nous y faisions part de nos questionnements quant aux orientations qui s’en dégageaient, notamment le risque que s’en trouvent renforcées la reproduction sociale et les inégalités entre établissements de l’enseignement supérieur.

    Ces réserves nous ont conduits à mener des dialogues serrés avec les tutelles pour que notre université puisse continuer à assumer ses missions auprès de ses publics tout en gardant son modèle pédagogique inclusif et ouvert. Les moyens ainsi obtenus ne sont pas à la hauteur des besoins de long terme mais permettent d’envisager la rentrée dans des conditions soutenables, notamment dans les secteurs en tension.

    Les instances de l’université ont été associées à chaque étape de la procédure ; le projet de loi ORE a été mis à l’ordre du jour à huit occasions, que cela soit en Commission de la Formation et de la Vie Universitaire ou en Conseil des Composantes. À chacune de ces réunions nous avons été attentifs à ce que la discussion puisse avoir lieu et à donner les informations dont nous disposions avec toujours le souci de définir des dispositifs répondant à nos orientations de fond.

    Aujourd’hui, alors que se prépare la rentrée, nous devons relever tout à la fois le défi de continuer à faire entendre notre voix singulière auprès des pouvoirs publics et celui d’assurer à chacun la possibilité de découvrir notre établissement, la diversité de ses formations et les possibilités de réussite que celles-ci ouvrent à tous les profils d’étudiants, quelles que soient les origines socio-professionnelles et géographiques ou les filières de baccalauréat.

    Car la réussite de cette rentrée se construit aujourd’hui. Elle passe d’abord par une fin d’année universitaire apaisée, par la possibilité de travailler dans des conditions décentes et dans le respect des opinions et des choix de chacun. S’il ne peut y avoir de validation a priori d’un semestre, nous faisons entièrement confiance aux composantes pour trouver les modalités appropriées à l’évaluation des savoirs et capacités acquises par les étudiants.

    Conscients également du caractère éprouvant généré par la situation – les nombreux témoignages que nous avons reçus en attestent – nous considérons qu’un pont serait bienvenu pour tous, c’est ainsi que l’université sera fermée le vendredi 11 mai. Cette pause permettra d’envisager les dernières semaines avec plus de sérénité.

    Cet apaisement semble d’autant plus atteignable que le travail accompli depuis des mois par le comité de médiation auprès des exilés qui occupent le bâtiment A connaît des avancées significatives. Après une première étape nécessaire à l’établissement d’une relation de confiance, le comité a pu intervenir pour résoudre des cas particuliers avec la libération d’un exilé arrêté et placé en centre administratif de rétention, des solutions spécifiques pour la dizaine de femmes présentes parmi les migrants et la prise en charge des mineurs par les organismes compétents.

    Le comité de médiation a également pu obtenir des ressources supplémentaires pour le financement du DU « FLE » et en augmenter les capacités d’accueil au bénéfice d’un groupe de 5 à 10 migrants susceptibles de poursuivre des études au sein de notre université. D’autres démarches sont en cours pour répondre à la revendication de logements des exilés, dans un contexte cependant très tendu sur le sujet en Île-de-France.

    Les démarches en cours et les débouchés ouverts méritent que l’accompagnement entrepris puisse aller jusqu’au bout. C’est dans cet esprit que le comité de médiation, à sa demande, est appelé à se transformer en comité de suivi afin que chaque exilé puisse disposer d’un soutien plus individualisé dans son projet d’installation en France.

    Le dialogue qui a pu être ici mis en œuvre illustre notre attachement à l’écoute mutuelle, à la participation de la communauté et à la sollicitation des instances dans la construction d’une université résolument solidaire, toujours singulière et fièrement innovante.

    Cordialement,

    L’équipe présidentielle

     

    Message du dimanche 15 avril 2018 à 18h

    Cher.e.s collègues,

    Comme il a été voté en conseil d’administration, à l’unanimité de ses membres, des activités de l’université pourront reprendre lundi 16 avril dès 10h. Elles permettront notamment le traitement d’opérations vitales pour les étudiants : bourses, exonérations de frais d’inscriptions, stages etc ....
    La Bibliothèque Universitaire sera accessible après que les nécessaires opérations de maintenance auront été mises en œuvre. Celles-ci pourront prendre une demi-journée, voire une journée entière. Dans ces circonstances nous demandons à chacun de prendre en considération les événements en cours afin de faciliter le retour à un climat apaisé dans une bienveillance réciproque.
    Enfin, au nom de la communauté, nous tenons à remercier l’ensemble des personnels BIATSS qui ne ménagent par leurs efforts pour maintenir le bon fonctionnement de notre établissement.
     
    Bien cordialement,
    L’équipe présidentielle
     

    Message du jeudi 12 avril 2018 à 12h

    Chères et chers collègues,

    Croyez bien que nous déplorons la situation dans laquelle se trouve actuellement plongée notre université et la souffrance qu’elle génère, tout particulièrement pour vous, personnels BIATSS, qui vous trouvez exclu.e.s de votre lieu de travail. C’est pourquoi nous souhaitons vous assurer, à toutes et tous, de notre dévouement et de notre soutien. Nous tenons à vous remercier chaleureusement de votre investissement sans failles dans le bon fonctionnement de notre université ainsi que de votre compréhension face aux difficultés auxquelles nous sommes confronté.e.s.

    Depuis plusieurs jours, nous travaillons à l’apaisement de notre communauté, touchée par les actes de violence perpétrés par un groupe de casseurs qui n’ont aucun respect pour le travail des personnels et des étudiant.e.s, autant d’actes qui n’ont rien à voir avec la mobilisation sociale en cours. Nous condamnons ces comportements avec la plus grande fermeté et la dégradation des conditions de travail de nos personnels.

    Nous devons aujourd’hui répondre à deux nécessités : tout d’abord, pourvoir le plus rapidement possible aux actes administratifs les plus urgents afin que nul ne soit lésé dans sa vie quotidienne ; ensuite, vous assurer les meilleures conditions matérielles et de sécurité de reprise d’activité. A cette fin, à l’issue de la consultation des instances, nous vous communiquerons vendredi après-midi, un calendrier de reprise du travail pour toutes et tous dès lundi matin.

    Bien cordialement,

    L’équipe présidentielle

    Annick Allaigre, Arnaud Laimé, Cyril Gispert, Arnaud Regnauld, Hervé Serry, François Riou

     

    Message du mardi 10 avril 2018 à 20h

    Cher.e.s collègues,
     
    Les instances élues de l’université se réuniront cette semaine pour faire le point sur la situation dans laquelle le blocage actuel place notre université. 
    Nous rappelons qu’il en va, entre autres, de l’intégrité physique des biens et personnes, du semestre des étudiants, du versement des bourses, du salaire de tous les personnels dont la paie de mai qui doit être finalisée avant la mi-avril, des recrutements de l’année à venir. Il serait inconséquent de minorer, voire d’instrumentaliser, ces problèmes graves et complexes.
     
    Ces derniers jours, l’accès à l’université a été refusé à nombre d’agents qui se sont présentés (en dehors des AG) et certain.e.s, entré.e.s en contournant les barrages, ont subi des menaces et des insultes. Nous ne pouvons croire que ces agissements puissent être le fait de militant.e.s qui participent au mouvement social en cours mais il est de notre responsabilité de vous alerter sur les conséquences du type de blocage auquel nous sommes confronté.e.s.
     
    Nous vous tiendrons informé.e.s des délibérations des instances.
    Bien cordialement,

    L’équipe présidentielle

     

    Message du lundi 9 avril 2018 à 19h

    Cher.e.s collègues,

     

    Depuis le mardi 3 avril, notre université subit un blocage total. La situation n’a pas évolué à ce jour en dépit de nos tentatives de dialogue. Le climat de tension s’est encore accru ce week-end. Nous condamnons avec la plus grande fermeté les effractions, les dégradations, la destruction de faux plafonds, les inscriptions diffamatoires, la surveillance dont ont fait l’objet certains membres du personnel et les menaces de mort qui ont été constatées dans l’ensemble du bâtiment B2 au cours du week-end. Du matériel cinématographique a également été subtilisé dans le bâtiment A. En outre, des fenêtres ont été fracturées dans le bâtiment D, des matériels dégradés et subtilisés, et le local du BDE d’Infocom a été vandalisé.

    Dans un tel contexte de tension, les personnels ne sauraient travailler dans des conditions normales d’activité, et ce d’autant moins que l’entrée de l’université leur est refusée par les bloqueurs. Il est important que la communauté puisse se réapproprier ses espaces de discussion, d’enseignement et d’administration afin de faire valoir ses engagements et préserver son outil de travail. Le blocage est une impasse pour tout le monde. Quelles que soient les positions de chacun à propos des réformes en cours, il est fondamental que Paris 8 reste une université ouverte.

    Dans l’intérêt de la communauté, la présidence poursuit ses initiatives afin de rétablir les conditions d’exercice des missions de service public, d’assurer leur continuité et en appelle solennellement au respect du bien commun. Les instances de l’université seront réunies dans les prochains jours pour examiner la situation.

     

    Bien cordialement,

     

    L’équipe présidentielle

     

     

    Message du vendredi 6 avril à 19h

    Cher.e.s collègues,

    La direction de l’université (présidente, vice-présidents, direction générale des services) alerte l’ensemble de la communauté universitaire de Paris 8 (enseignants, BIATSS) sur la situation périlleuse à laquelle notre établissement se trouve confronté.

    Nous ne voulons pas croire qu’une majorité des membres de la communauté ignore les conséquences délétères du blocage en cours.

    Quel que soit le bien-fondé des mobilisations actuelles dans différents secteurs de la société, nous ne pouvons accepter des modalités d’action qui entravent l’exercice des missions de service public de l’université.

    Un campus dont l’accès est rendu impossible aux personnels par des décisions d’assemblée générale a notamment les conséquences suivantes :
      • non organisation des examens et de toute procédure de contrôle de connaissance ;
      • non délivrance des diplômes ;
      • non signature des conventions de stages des étudiants ;
      • non paiement des bourses et aides ;
      • incapacité de fournir aux entreprises employeurs de stagiaires de la formation continue les attestations de présence, indispensables au versement de leur rémunération ;
      • non prise en charge des mouvements de paie du mois de mai ;
      • blocage complet de toutes les procédures de candidature aux concours de la fonction publique (BIATSS comme enseignants- chercheurs) avec effet sur la campagne emploi.

    Afin d’éviter ces conséquences désastreuses pour la communauté nous restons ouverts au dialogue pour assurer au plus vite la reprise des activités normales de l’université.


    Dans l’attente et compte tenu de la prolongation du blocage de l’université nous sommes contraints de demander au personnel de ne pas rejoindre le campus à partir de lundi matin et ce jusqu’à nouvel ordre.


    Bien cordialement,


    L’équipe présidentielle

     

    Message du jeudi 5 avril à 10h

    Cher.e.s Collègues,

    L’accès au campus est resté impossible toute la journée. Nous avons reçu une délégation qui nous a confirmé le maintien du blocage jusqu’à la prochaine assemblée générale, demain midi. Les conditions ne sont donc pas réunies pour que les personnels puissent reprendre leur activité. 

     

    Nous vous tiendrons informés dès que possible de l’évolution de la situation. 

     

    Cordialement,

     

    L’équipe présidentielle

     

    Message du jeudi 5 avril à 10h

    Cher.e.s collègues,

     

    Nous avons diffusé sur all P8 hier un message à l’ensemble des personnels leur demandant de reprendre leurs activités aujourd’hui. Ce message se fondait d’une part sur la volonté de l’AG de faire du campus une université ouverte, et d’autre part sur une négociation menée avant l’AG de midi qui avait débouché sur l’ouverture du portail dit « SODEXO » situé près de l’épicerie.

     

    Nous avons dû constater ce matin que notre interprétation n’était pas la bonne et qu’il ne nous était pas possible de permettre aux personnels d’accéder au campus avant la prochaine AG de vendredi qui décidera des suites du mouvement.

    Nous avions demandé aux deux étudiants avec lesquels nous avions négocié cette ouverture du portail de faire savoir à l’AG que nous souhaitions qu’elle désigne un ou deux porte-parole afin que nous puissions entamer un dialogue. L’AG n’a pas donné suite à cette demande, ce qui nous prive à l’heure actuelle d’interlocuteurs.

    Dans l’incertitude dans laquelle nous nous trouvons quant aux suites du mouvement, nous demandons aux personnels de ne pas se rendre sur le campus avant de nouvelles consignes que nous espérons pouvoir diffuser dans la journée de vendredi.

    Nous précisons qu’il ne nous est pas possible d’ouvrir la bibliothèque faute de personnels suffisant pour le faire, qu’il s’agisse des personnels du SCD ou de ceux de la logistique.

    Nous demandons à l’AG de prendre en compte qu’un certain nombre de travaux doivent être menés par les personnels (mise en place de la paie, paiement des bourses, paiement des fournisseurs, etc.) à brève échéance, et que ces travaux ne peuvent être menés à bien tant que les personnels n’ont pas accès à leur lieu de travail.

    L’équipe présidentielle

     

    Message du mercredi 4 avril 19h00

    Cher.e.s collègues,

    Depuis deux jours le fonctionnement de l’université est mis en cause par un blocage qui vient d’être confirmé jusqu’à vendredi lors de l’assemblée générale qui s’est tenue aujourd’hui au bâtiment B2.

    La motion diffusée à l’issue de ses débats nous permet d’envisager une reprise progressive des activités et nous invitons les équipes à revenir sur le campus dès demain.

    L’importance des échéances qui pèsent sur notre université en cette fin d’année ne peut s’accommoder d’une fermeture administrative de l’établissement.


    L’équipe présidentielle

     

    Message du mercredi 4 avril 9h30

    Un mouvement de mobilisation est actuellement en cours et les accès au campus sont bloqués. Il est donc impossible de rentrer dans l’Université.

    L’équipe présidentielle a envoyé un mail à tous les membres de la communauté universitaire et préconise de ne pas rejoindre l’Université ce mercredi 4 avril.

    Nous vous informerons dès que possible de l’évolution de la situation notamment via les mails de Paris 8 (messagerie étudiante) et les réseaux sociaux.

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page