Deleuze, penseur de l’image


Judith Michalet

Deleuze, penseur de l’image, ne nous invite pas à être devant l’image qui nous apparaît, mais dans l’image qui nous transforme. Sa pensée des arts visuels évince radicalement la transcendance. Est-ce au profit de la fusion et de la sublimation ?

Critiquant les distances réflexives et médiatrices de la représentation, Deleuze privilégie la pure présence de ce qui est image, ainsi que la propagation directe des vibrations qu’elle véhicule. Davantage que dans les domaines musicaux et littéraires, il semble que le philosophe ait développé pour les arts visuels une pensée allant à contre-courant de la définition la plus courante du médium qui leur est associé, selon laquelle l’image est la copie d’un substrat originaire ou la trace d’un référent. Cet ouvrage questionne ce paradoxe, en approchant la pensée deleuzienne de l’image selon des perspectives multiples et en la resituant parmi d’autres théories contemporaines de l’image, afin de mieux en dégager sa singularité.

Date de parution : 23 janvier 2020

Éditeur : Presses Universitaires de Vincennes ; Collection : La Philosophie hors de soi ; ISBN : 978-2-37924-053-9 ; Format : 137x220 mm ; Nombre de pages : 256 ; Prix de vente TTC : 25€

Présentation de l’auteur

Judith Michalet est maîtresse de conférences en esthétique et philosophie de l’art à l’École des Arts de la Sorbonne de l’université Paris 1 et membre de l’Institut ACTE (EA 7539). Ses travaux et ses recherches portent notamment sur l’esthétique de Deleuze, les politiques de l’image, les mises en jeu de l’altérité dans les pratiques documentaires.

À consulter sur le site de l'éditeur

https://bit.ly/37qDgji

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8