Licence Musicologie

Domaine : Arts
Mention : Musicologie
Spécialisations :
Musicologie et pratiques musicales
Interprétation et métiers de la musique (Pôle Sup)


La licence allie enseignements théoriques et pratiques sur un socle de connaissances et de compétences liées aux développements les plus récents de la création musicale, de la musicologie et des dispositifs d’ingénierie culturelle.

Les programmes empruntent ces grandes directions d’études :

  • Travail commun par tous des technicités musicales : culture de l’oreille, de l’écriture et de l’analyse.
  • Histoire, analyse et pratique des musiques écrites de la tradition occidentale, musique contemporaine instrumentale ou électroacoustique
  • Histoire, analyse et pratique des musiques de traditions orales, jazz et musiques actuelles
  • Relation de la musique à d’autres disciplines artistiques ou scientifiques (informatique, arts plastiques, cinéma, théâtre, techniques du son, pédagogie, etc.)
  • Enseignements de culture générale et de pratique de langues vivantes étrangères tout au long des études.

Cet ensemble permet d’offrir un socle de formation commune solide dans le domaine musical ainsi qu’une culture générale et un esprit de méthode permettant d’envisager des orientations nouvelles hors du cadre strict de la musique. A partir de la seconde année de licence se joint une spécialisation (mineure interne) dans un domaine spécifique de la musique à choisir dans un ensemble de propositions faites par le département.

Il est possible également de rejoindre une formation complémentaire permettant d’associer aux études musicales d’autres compétences. Cette association avec des domaines aussi variés que la gestion, l’informatique, la santé, les sciences physiques, la documentation, l’histoire et les sciences de l’éducation ouvrent l’accès à de nombreuses opportunités professionnelles.

CONDITIONS D’ACCES

Peuvent être admis en licence les étudiants titulaires :

  • du baccalauréat
  • d’un titre admis en dispense du baccalauréat (DAEU, capacité en droit, BT, BTS...)
  • d’une validation des études, expériences professionnelles ou acquis personnels (décret 2013-756 du 19 août 2013) : accès sans avoir le diplôme requis compte tenu des études, des acquis personnels et des expériences professionnelles
  • d’une validation des études supérieures accomplies, notamment à l’étranger

Remarque : des titulaires de diplômes de conservatoire départementaux, régionaux ou nationaux ou de certaines écoles de musique privées peuvent obtenir, en début de cycle, un certains nombre d’équivalences, délivrées par la commission pédagogique.

Mode d’accès des étudiants du Pôle SUP’93  : outre les conditions académiques générales pour l’accès à la licence, les étudiants du parcours Pôle sup’93 doivent au préalable avoir été admis au cursus d’étude du DNSPM (diplôme national supérieur de musicien professionnel). Ce concours organisé par le Pôle supérieur d’enseignement de la musique Seine Saint Denis Île de France se déroule au mois de mai. Il contrôle, après obtention d’un DEM le niveau en instrument et en formation musicale des candidats. Les jurys sont composés d’enseignants du conservatoire et du département musique de l’Université Paris 8.

Pour tous les étudiants entrant en licence musique à Paris 8 : dès l’entrée en L1, des tests non éliminatoires sont organisés dans les 3 disciplines des technicités : audition, écriture, intonation. Ils permettent de placer les étudiants dans des groupes de niveaux, et éventuellement de leur proposer de suivre un rattrapage pouvant aller jusqu’à 6 cours d’initiation (non comptabilisés dans la licence). Il est important de pointer l’aspect exceptionnel de ce dispositif, unique dans l’enseignement musical universitaire en France.

Formation musicale

Ainsi, le département musique, accueille tous les étudiants désireux de mener des études musicales une fois les conditions d’obtention du baccalauréat ou d’un équivalent remplies. C’est pour cela que, si besoin est, cette remise à niveau en technicités est proposée (cf. paragraphe précédent). Cet ensemble préparatoire de 6 fois 32,5 heures sur une année est comparable à la formation musicale proposée par les conservatoires municipaux, départementaux ou régionaux : l’objectif est d’atteindre un équivalent de fin de second cycle de formation musicale.

L’entrée directe en L2 ou L3, outre l’obtention du nombre voulu d’ECTS, peut être conditionnée à un rattrapage dans ce domaine des technicités et nécessiter parfois une année supplémentaire d’études. Elle est grandement facilitée pour les étudiants d’autres formations universitaires du même domaine (transferts depuis d’autres diplômes en musicologie) ou pour les candidats ayant une pratique musicale extérieure préalable (Conservatoires, écoles de musique, pratique personnelle assidue). La commission des équivalences prend en considération l’ensemble du parcours, universitaire et musical, du candidat.

Pratique instrumentale

Le département musique n’organise pas de cours individuels de pratique instrumentale. Le niveau instrumental peut-être évalué et noté en dispense d’assiduité une fois au cours de la licence. Les cours d’accompagnement piano sont réservés aux étudiants suivant la spécialité enseignement et transmission. Les ateliers ou les cours pratiques collectifs se fondent sur le niveau acquis de l’étudiant. C’est pour cela qu’il est conseillé de suivre parallèlement un enseignement instrumental en conservatoire ou école de musique. Un niveau de pratique instrumentale de fin de second cycle de conservatoire est recommandé. Il est toutefois possible de rejoindre le département musique en ayant une formation autodidacte. Il n’y a pas d’instrument imposé ou non reconnu.

Nombre de places  :

L1 : 270 (y compris les étudiants bénéficiant d’une année de remise à niveau)
L2 : 120
L3 : 100

MODALITÉS D’ADMISSION

 

Les modalités d’admission varient en fonction de la situation de chaque candidat (nationalité, pays de résidence, âge, type de diplôme, diplôme français ou étranger, candidat déjà ou jamais inscrit dans l’enseignement supérieur français, …).

Pour connaître la procédure qui correspond à votre profil, connectez-vous au site internet de Paris 8 à l’adresse suivante : https://appscol.univ-paris8.fr/admission-inscription/

 

Spécialisation Musicologie et pratiques musicales

Le tronc commun
Pour cet ensemble, les étudiants suivent un enseignement où théorie et pratique sont étroitement imbriquées

Enseignements fondamentaux

  1. Les UE de technicités présentes tout au long du parcours de licence constituent le socle de la formation. Elles concernent l’écriture, l’audition et l’intonation. En licence 3, certains EC composant ces matières, sont spécialisés en fonction du choix de la mineure de spécialisation.
  2. Les EC de musicologie peuvent avoir une orientation historique, analytique ou philosophique et esthétique. Ils peuvent être étalonnés sur les compétences techniques dispensées dans les UE de technicité.
  3. Les EC de pratique et technique concernent des cours liés à l’enseignement (pratique vocale, accompagnement au piano, direction de chœur), des pratiques collectives ou de studio (Jazz workshop, cours à la Cité de la Musique, atelier d’improvisation), des ateliers de réalisation (mise en scène du théâtre lyrique, atelier de composition ...)

Enseignements méthodologiques

  1. Méthodologie. Ces EC sont délivrés au département musique et sont comptabilisés dans le tronc commun. Ils conservent le caractère général d’un cours de méthodologie tout en s’appuyant sur des objets musicologiques.

Enseignements transversaux et transdisciplinaires

  1. EC de découverte : les EC de découverte sont placés en année L1. Il est recommandé de les choisir, en regard de la construction du parcours, selon une éventuelle visée de réorientation ou dans la perspective d’une mineure de spécialisation, interne ou externe.
  2. EC libre : les EC libres sont placés en années L1 et L2. Il est possible de les choisir dans tout département de l’Université.
  3. Informatique : préparation au C2i, ou cours de programmation pour le parcours Composition Assistée par Ordinateur.
  4. Cours mutualisés au niveau de l’UFR Arts  : ce sont des cours théoriques offerts aux étudiants du département musique par les autres départements de l’UFR arts. En L1 et en L2, ces cours sont principalement orientés vers la méthodologie (analyse de textes, analyse d’œuvres etc.) dans d’autres champs disciplinaires.
  5. Langue. La licence de musicologie demande de suivre 1 EC par année d’étude. Si l’anglais est vivement conseillé et même obligatoire pour les étudiants de la mineure "Jazz et musiques improvisées", il est possible d’opérer ce choix parmi toute l’offre de langues de l’université. Les mineures "dramaturgie et mise en scène du théâtre lyrique" et "ethnomusicologie" peuvent être amenés à flécher des cours de langues spécifiques.

Spécialisation Interprétation et métiers de la musique

Cette spécialisation est constituée en partenariat avec le Pôle SUP’93 : les étudiants du parcours doivent au préalable avoir été admis au cursus d’étude du DNSPM (diplôme national supérieur de musicien professionnel). Les enseignements se déroulent pour 60% dans un établissement extérieur (Conservatoire à rayonnement régional Aubervilliers La Courneuve) et pour 40% à l’université Paris 8.

Un partenariat est en cours de négociation avec le CFMI (centre de formation des musiciens intervenants) d’Orsay. La structure bipartite entre les deux établissements n’interviendrait pour ce cas qu’à l’année L3.

Stages

La Licence Musique propose deux stages obligatoires de 40 heures minimum. Le premier en L1 dans un domaine général du monde de la musique. Le second en L2 dans un domaine lié à la spécialisation de l’étudiant (le plus souvent en lien avec la mineure quand celle ci est interne).

Projet Artistique

Le projet artistique est à réaliser lors de la 3e année. Il peut s’agir d’une création musicale, de l’organisation d’un événement artistique, ou d’un travail didactique et pédagogique. La nature du projet est en lien avec la spécialisation de l’étudiant. Au premier semestre de L3 une série de rencontres et de conférences où sont conviés des professionnels de différents secteurs sont organisées et valorisées comme EC (préparation pour projet artistique, en S5).
Selon chaque projet, l’encadrement et la part "tutoré" sont amenés à prendre des directions différentes. Chaque enseignant, responsable d’une spécialité reçoit, valide et organise la réalisation du projet. En complément, il est fait appel à des instrumentistes professionnels, à des metteurs en scène ou des scénographes ou à tout autre professionnel, qui lors de sessions organisées sur une ou plusieurs journées viennent faire part des modalités de travail spécifiques, liées à leurs métiers.

Au sortir de la licence, l’étudiant pourra poursuivre ses études en master dans le domaine musical ainsi que dans d’autres formations artistiques ou de gestion culturelle et patrimoniale. Il peut aussi rejoindre le monde professionnel, comme praticien, technicien ou agent dans des entreprises (publiques, territoriales ou privées) de spectacle, de gestion, de médiation ou de valorisation.

Si son parcours de licence est associé à une formation instrumentale dans un établissement partenaire (Pôle Sup’93), le diplôme universitaire et le diplôme professionnel d’instrumentiste ouvrent la voie à l’ensemble des métiers de l’enseignement de la musique jusqu’à présent gérés par des tutelles différentes (Ministère de la culture vs Ministère de l’éducation nationale).

Les autres débouchés appartiennent à des horizons professionnels variés liés à la pratique artistique, l’enseignement et l’animation, le journalisme et la communication, les techniques du son dans les professions de l’audiovisuel, le travail dans le champ socioculturel ou institutionnel. La licence trouve également ses prolongements dans les Masters que propose le département musique et qui approfondissent l’ensemble de ces objectifs.

Accords passés entre les institutions européennes et/ou internationales : dans le cadre des échanges ERASMUS et SOCRATES, nous continuerons de recevoir les étudiants des établissements de nos partenaires étrangers.

Pour la spécialisation Interprétation et métiers de la musique

Avec le Pôle d’Enseignement Supérieur Musique Seine Saint-Denis Ile de France (Pôle Sup’93), le département musique par convention a mis en place des formations se déroulant pour partie à l’Université de paris8 et pour partie dans l’établissement partenaire. Il s’agit de formations professionnalisantes menant à une carrière de musicien ou à une carrière d’enseignement de la musique. Ces formations permettent (par mutualisation des enseignements et partages de la formation) de délivrer aux étudiants concernés : la Licence Arts mention Musique (pour ce qui concerne l’Université de Paris8) et le DNSPM (Diplôme National Supérieur Professionnel de Musicien, pour ce qui concerne le Pôle Sup’93)
Une nouvelle convention est en cours de négociation avec le CFMI d’Orsay (Centre de formation des musiciens intervenants) dans l’objectif de la délivrance conjointe de la Licence et du DUMI (Diplôme de Musicien Intervenant)

Responsables de la mention : Alvaro OVIEDO, Giordano FERRARI

UFR de rattachement : Arts, Philosophie, Esthétique (ARTS)

Secrétariat : Bât A, salle 120 - Tél : 01 49 40 65 70 - Fax : 01 48 21 70 56

Courrier électronique : correiaa@univ-paris8.fr

Sites Internet : www-artweb.univ-paris8.fr

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8