• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Evénements > Conférences : Penser la critique (...)
  • Conférences : Penser la critique avec Pasolini #3

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Conférences : Penser la critique avec Pasolini #3

    Cycle de conférences organisé par ESTCA (Univ Paris 8), HAR (Univ. Paris 10), Labex Arts H2H

     

     

    Affiche des conférences du 4 février - Pasolini

     

     

    Ces conférences s’inscrivent dans le cycle « Penser la critique avec
    Pasolini », coordonné par Anne-Violaine Houcke, Hervé Joubert-Laurencin
    et Cécile Sorin. Pour cette 3e session, les deux conférences suivantes vous sont proposées :

     

    Enrique Seknadje : Pasolini et Amarcord de Federico Fellini : une description de description de description ?

    Pasolini a écrit sur des films qu’il n’a pas réalisés – il en a fait l’analyse, le commentaire, la critique. Notamment sur Amarcord de Federico Fellini. Concrètement, il a écrit deux textes sur Amarcord : un (en septembre 1973, pour Il Tempo) consacré précisément au « script publié » par Fellini et le co-scénariste Tonino Guerra, paru peu de temps avant la sortie du film ; et un, quelques mois plus tard, sur le film lui-même (en février 1974, pour l’édition italienne de Play-Boy). Il est intéressant d’observer le croisement des regards dans le second écrit. Pasolini évoque, début 1974, non seulement l’oeuvre cinématographique qui est sortie sur les écrans italiens en décembre 1973 et qu’il a vue, mais, & agrave ; travers elle ou parallèlement à elle, la novellisation qui avait été publiée, et, aussi la façon il avait parlé de celle-ci sans avoir vu le film. De montrer aussi, comment, dans le premier texte, c’est entre autres sa conception de ce qu’est un scénario (une écriture sur du papier qui brûle) qui est revendiquée.

     

     

     

     
    Vanessa De Pizzol : Critique : écarts et rapprochements. Aux sources de l’inspiration pasolinienne

    Dès ses débuts, Pasolini place la réflexion théorique au cœur même de son inspiration. De grands théoriciens – figures tutélaires – orientent son parcours aux côtés d’artistes qu’il admire profondément. La relation qui se noue avec eux, de même que l’intérêt aigu qu’il porte à l’étude critique, au langage théorique en tant que tel, se décline dans son œuvre sous de multiples facettes : citations récurrentes, dialogue, assimilation de l’analyse critique de sa production …
    Il dote sa production artistique d’un cadre théorique : pour chaque langage exploré, des règles sont édictées de manière plus ou moins contraignante, quitte à y revenir pour les remettre en cause. L’approche critique de l’œuvre d’autrui nous livre également des clés sur le processus de création chez Pasolini : saisir l’altérité et le langage propre à chaque artiste peuvent amener à la gestation d’une nouvelle œuvre chez lui.
    Les années 60-70 voient sa critique prendre pour cible le langage de la société italienne (verbal et non verbal). Ses interventions incessantes dans la presse pointent un changement de valeurs irréversible que le langage révèle : il analyse les signes, même infimes, du délitement d’un monde qu’il aimait.

     

     

    En savoir plus

    www.labex-arts-h2h.fr/fr/penser-la-critique-avec-pasolini-3-713.html

     

    Informations pratiques

    Mercredi 4 février 2015
    de 18h à 20h
    Salle de projection du bâtiment A 181

    Flyer de présentation des conférences du 4 février - Pasolini
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page