• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Archives-sinfomer > Fermeture administrative de l’université
  • Fermeture administrative de l’université

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  •  

     

    Dans un communiqué
    diffusé ce samedi 25 février, avant 13 heures, le
    collectif Palestine a annoncé sa décision de maintenir
    à Paris 8 le « colloque » des 27 et 28
    février et appelle à un rassemblement massif
    au sein de l’université ce lundi 27 février, en
    violation de la décision prise le 17 février par le
    président de l’université et en violation de la
    décision de justice rendue par le tribunal administratif de
    Montreuil, le 24 février.

     

     

    Les organisateurs du
    « colloque » n’ont donc pas attendu les
    résultats des médiations en cours pour répondre
    défavorablement, et par la voie indirecte d’un communiqué,
    à la proposition du président que le « colloque »
    se déroule à la Bourse du Travail de Saint-Denis, qui a
    été réservée à cet effet.

     

     

    Cette nouvelle
    configuration change les termes de l’alternative dans la mesure où
    il ne s’agit plus de s’interroger sur le lieu ou la tenue d’un
    « colloque » mais de savoir si une décision
    administrative et une décision de justice doivent être
    appliquées. Or, une telle question est hors débat. La
    justice a été rendue. L’Etat de droit doit être
    respecté.

     

     

    Dans ce communiqué
    relayé par divers réseaux, ce ne sont plus en effet des
    participants qui sont conviés à assister à un
    « colloque » à Paris 8, mais des
    manifestants qui y sont appelés en nombre à protester
    contre une décision administrative, soutenue unanimement par
    le conseil d’administration et validée par une décision
    de justice.

     

     

     

    Ayant opté pour
    une position radicale et jusqu’au-boutiste, en refusant la
    proposition du président, le collectif Palestine contraint
    l’université à prendre la pire décision qui
    soit, celle qui devait être justement évitée dans
    l’intérêt des étudiants :

     

     

    la fermeture
    administrative de l’établissement jusqu’au mercredi 29 février
    au matin.

     

     

     

    Aucune autre mesure
    n’est en effet susceptible d’assurer le bon fonctionnement du
    service public et de garantir, au sein de l’université,
    l’ordre public sur lequel pèsent, comme l’a constaté
    la juridiction administrative, de réelles menaces.

     

     

     

    Nous vous remercions
    de diffuser le plus largement possible cette information, surtout
    auprès des étudiants.

     

     

     

     

    La direction de
    l’université

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page