• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Evénements > Guerre de Trente Ans : une mémoire (...)
  • Guerre de Trente Ans : une mémoire européenne est-elle possible ?

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Guerre de Trente Ans : une mémoire européenne est-elle possible ?

     

    Organisé par la Maison Heinrich Heine de Paris, avec le soutien de l’université Paris 8 - EA 1577 Les Mondes allemands et de l’Institut historique allemand.

    Le 23 mai 1618, le chef de la noblesse protestante de Bohème fit jeter par une des fenêtres du Hradschin deux des gouverneurs impériaux ainsi que leur secrétaire. Si les victimes s’en tirèrent avec quelques contusions, cet »incident diplomatique« , qui était l’expression d’un affrontement local, allait dégénérer, du fait des alliances religieuses et politiques, en un conflit armé de dimension européenne où se combattirent entre autres les princes allemands catholiques et protestants, la Maison de Habsbourg, la France du cardinal Richelieu et la Suède luthérienne.

     
    Menée presque exclusivement sur le territoire du Saint Empire et en grande partie sur le dos des populations civiles, la guerre de Trente Ans allait emporter un tiers de sa population, d’où la place centrale qu’elle a longtemps occupé dans la mémoire collective allemande, devenu le spectre de la guerre, avant que la dernière ne prenne en quelque sorte sa place. Or malgré le caractère global du conflit, il continue d’être perçu d’un point de vue national dans la mémoire des principaux protagonistes : moment de résistance pour les Tchèques, souvenir de massacres et d’humiliation politique chez les Allemands, glorification par les Suédois de leur roi Gustave II Adolphe tombé au combat, accents épiques de Bossuet évoquant la victoire de Rocroi sur les Espagnols...
     
    La construction d’une mémoire européenne de la guerre de Trente Ans est-elle envisageable au moment où des revendications identitaires ressurgissent sur le Vieux continent ? En cette année où l’on célèbre la fin de la Première Guerre mondiale, cette table ronde se propose d’y réfléchir en confrontant les points de vue d’historiens spécialistes des pays alors belligérants.
     
     

    Informations pratiques

    Le 30 mai 2018 à 19h30
    Maison Heinrich Heine de Paris

    Contact

     
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page