Nelson Pereira dos Santos et l’invention d’un cinéma national


Deise Ramos

Nelson Pereira dos Santos (1928-2018) est notamment connu en France comme étant le réalisateur du film Sécheresse, présenté à Cannes en 1964 où il emporte le Prix du meilleur film pour la jeunesse et le Prix des Cinémas d’art et d’essai. Dix ans auparavant, il était déjà célèbre au Brésil pour la réalisation de Rio 40 Degrés (1954), le film qui a révolutionné l’esthétique cinématographique et la façon de représenter le peuple brésilien à l’écran. Ce film, qu’André Bazin a eu l’opportunité de regarder lors d’un séjour en Amérique du Sud, avait donné l’impulsion créative au jeune Glauber Rocha mais aussi aux grands réalisateurs des générations suivantes comme Cacá Diegues et Walter Salles. Le présent ouvrage nous présente les raisons pour lesquelles ces deux films sont incontournables dans l’analyse de l’histoire du cinéma brésilien moderne, surtout en ce qui concerne le mouvement Cinema Novo des années 1960. L’auteur nous dévoile également comment Nelson Pereira dos Santos, avant même de devenir réalisateur, avait déjà réfléchit au concept de « cinéma national brésilien », rédigeant une liste de revendications présentée au Premier Congrès Paulista de Cinéma, en 1952. Toute l’œuvre filmique de celui qui n’était alors qu’un jeune rêveur de cinéma était déjà évidente dans ce texte, où il proposa aux réalisateurs brésiliens de s’inspirer de littérature, d’histoire et de la vie réelle du peuple pour composer leurs scénarios. Pour l’ensemble de son œuvre et pour tout ce qu’elle a apporté au Cinéma brésilien, il a eu l’honneur de devenir en 2006 le premier réalisateur élu à l’Académie Brésilienne de Lettres.

 

Date de parution : 9 janvier 2020

Éditeur : L’Harmattan ; Collection : Champs Visuels Broché ; ISBN :978-2-343-18919-2 ; Format : 13,5 x 21,5 cm ; Nombre de pages : 224

 

À consulter sur le site de l'éditeur

http://www.editions-harmattan.fr/livre-9782343189192

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8