• lien vers la page d'acceuil
  • Site de Paris 8 en anglais
  • Site de Paris 8 en allemand
  • Site de Paris 8 en arabe
  • Site de Paris 8 en chinois
  • Site de Paris 8 en espagnol
  • Site de Paris 8 en russe

Vous êtes ici : Accueil >Evénements > Violences sexuelles et conflits (...)
  • Violences sexuelles et conflits armés en Afrique subsaharienne et en RDC. (...)

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Violences sexuelles et conflits armés en Afrique subsaharienne et en RDC. Projection-débat autour du film « L’homme qui répare les femmes. La colère d’Hippocrate » de Thierry Michel

     

    Organisé par l’UFR études, recherche et ingéniérie en Territoires - Environnements - Sociétés (eriTES) et le Centre d’Études de Recherches et d’Actions Solidaires avec l’Afrique (CERASA).

    Avec le soutien du Laboratoire Dynamiques Sociales et Recomposition des Espaces (Ladyss), du Laboratoire d’ Études de Genre et de Sexualité (LEGS), et de l’association Trait d’Union Congo.

     

     

    Affiche du film

    La première partie de cette journée est consacrée à la restitution du colloque international « Genre et conflits armé. République démocratique du Congo et Afrique subsaharienne » (Kinshasa 7-9 octobre 2010), co-dirigé par Catherine Odimba, Marguerite Rollinde et Jacques Tshibwabwa.

    Cette restitution sera suivi d’une table ronde.

     

    Présentation du colloque 

    L’accent mis communément sur le caractère nationalo-communautaire des conflits qui déchirent l’Afrique subsaharienne évite de tenir compte du rôle joué dans leur déclenchement par les multinationales implantées dans ces pays, ainsi que par les acteurs politiques locaux, régionaux et internationaux, dans un contexte de globalisation marqué par la tendance à la privatisation des terres et des ressources qu’elles recèlent (…)

    Une telle logique passe par le contrôle politique et militaire du territoire et se traduit par une militarisation de la société elle-même et une omniprésence d’une violence ethnogenrée.

    Les femmes en sont les victimes principales, mais aussi les actrices, volontairement ou à leur corps défendant, quand elles prennent les armes et passent du côté des génocidaires, en arguant d’une nécessaire homogénéité et pureté d’un territoire dont elles se font les gardiennes.

    Mais pour toutes ces femmes, la violence économique s’ajoute aux violences physiques. La guerre renforce la féminisation de la pauvreté et crée des rapports de pouvoir et d’exclusion sociale et culturelle fondés sur le sexe.

    Cependant, a contrario, en raison même du rôle, assigné et/ou assumé, qui leur revient, la guerre peut avoir des vertus émancipatrices pour les femmes en modifiant un espace socioéconomique genré et en faisant d’elles non plus des victimes mais des actrices susceptibles d’agir sur le terrain économique, éducatif et politique.

    Ainsi, au delà de la diversité des approches et des actions entreprises par les femmes d’Afrique et d’ailleurs, ce qui émerge c’est l’idée qu’elles peuvent agir sur leur propre destin en agissant sur leur société et sur leurs dirigeants.

     

     

    La deuxième partie de cette journée est constituée de la projection du film de Thierry Michel « L’homme qui répare les femmes. La colère d’Hippocrate », suivi d’un débat.

    Synopsis

    Prix Sakharov 2014, le docteur Mukwege est internationalement connu comme l’homme qui répare ces milliers de femmes, violées durant 20 ans de conflits à l’Est de la République Démocratique du Congo, un pays parmi les plus pauvres de la planète, mais au sous-sol extrêmement riche.

    Sa lutte incessante, pour mettre fin à ces atrocités et dénoncer l’impunité dont jouissent les coupables, dérange. Il est l’objet d’une nouvelle tentative d’assassinat, à laquelle il échappe miraculeusement.

    Menacé de mort, ce médecin au destin exceptionnel vit dorénavant cloîtré dans son hôpital de Bukavu, sous la protection des Casques bleus. Mais il n’est plus seul à lutter. A ses côtés, ces femmes auxquelles il a rendu leur intégrité physique et leur dignité, devenues grâce à lui de véritables activistes de la paix, assoiffées de justice.

     

     

    Informations pratiques

    Jeudi 25 février 2016

    De 10h00 à 16h30

    Université Paris 8 - Amphi X

    Entrée libre

    Pour les personnes extérieures à l’Université, veuillez imprimer l’affichette du film afin de pouvoir accéder à l’Université (mesures de sécurité en vigueur).

     

     

    En savoir plus

    http://www.fssap-unikin.org/index.php/actecolloque

    http://www.ipt.univ-paris8.fr/cerasa/ (rubrique actualités)

     

    Contact

    Hugo Pilkington, UFR eriTES
    hugo.pilkington@univ-paris8.fr

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page