Journée d’études - Au-delà de l’archive


Mis à jour le 22 juin 2021

À la suite d’une année de séminaire autour de « L’Archive entre poétique, politique et violence de l’histoire », nous organisons une journée d’études afin de revenir sur les principales questions qui nous ont réuni·e·s et en réouvrir les enjeux. Cette journée d’études sera l’occasion pour les chercheur·e·s invité·e·s à y intervenir, d’émettre et discuter des propositions d’approches et des problématisations de recherche sous la forme de chantiers ouverts, depuis des points de vue inter- et transdisciplinaires et des études politiques. Une soirée de lectures viendra conclure la journée.
 
La préoccupation accrue pour l’archive, si elle renvoie à un présent qui échappe, où le recours au passé, et la recherche des sources, pourrait ouvrir à de nouvelles continuités, apportant avec lui son lot de répétitions, à la fois ouvre à des dimensions absentéisées de l’histoire. Avec elles, s’installent d’autres temporalités, d’autres généalogies et d’autres modalités du récit, telles que celles de façon exemplaire de l’archive orale, et de l’enquête militante, où l’écriture est devenue co-écriture, et où les voix sont multiples. L’archive n’est alors plus seulement conservatoire mais le support d’une analyse réflexive à l’intérieur même des contextes dont elle est issue.
D’autre part, cette recherche d’autres potentiels de l’archive en tant qu’archive vivante et parlée dans des langages différents amène à l’exploration de nouveaux enjeux tels que celui de l’épistémologie du point de vue, de la subjectivité, et de la traduction, et d’une notion de la politique à l’échelle des parcours de vie.
 
Le parti pris poétique est dès lors celui de l’un des accès possible à l’archive, et à l’éveil du passé, et ses pistes inexplorées, où la surface d’inscription de l’histoire et de la mémoire s’est étendue à mêmes nos subjectivités tel le bloc d’écriture de Freud qui avait passionné Derrida, et où le processus de l’archive et celui du rêve se ressemblent : un incessant rappel à devenir.

Programme


(Les horaires sont donnés en heure d’été à Paris UTC+2)

13h00 — Ouverture 


 • Paola Bacchetta (Université de Berkeley) : « Re-présences »

14h00 — Chantiers (1ère partie) 


 • Oreste Scalzone : « Retours d’histoire »
 • Nicola Valentino (Sensibili Alle Foglie) « Les rêves des détenus de la prison de Palmi et la naissance de l’Archive des écrits, des manuscrits et de l’art irrité de la coopérative Sensibili alle foglie » — En italien et français. Traduction : Cosimo Lisi (AIAC-Paris 8)
• Fatma Çıngı Kocadost (CMH-EHESS) : « Rêves de femmes en Kurdistan »


16h30 — Chantiers (2ème partie)


 • Barbara Glowczewski (LAS-EHESS) : « Les lieux comme archives des rêves selon les Aborigènes d’Australie »
 • Marina Nebbiolo (institut des Humanités Medfil) : « De la mémoire à l’imaginaire des lieux (Australie, Palestine, Italie) »
 • Esteban Radiszcz (LaPSoS-Université du Chili) : « Rêves en quarantaine au Chili »

19h00 — Chantiers (3ème partie) 


• Arianna Cecconi (ENSA-Marseille) et Tuia Cherici (Artiste multi-disciplinaire) : « Patrimoine onirique d’un territoire »
• Lucía Brienza, Bruno Carignano, Flavia Castro, Victoria Farruggia, Florencia Harraca, Leandro Levi, Cecilia Mc Donnell, Soledad Nívoli, Sofía Payaro, David Sibio, Julián Varela (CEPE-UNR) : « Une leçon beradtienne » — En espagnol et français
• Isis Castañeda Capriroli (LCSP-Université de Paris / LLCP-Paris 8) : « Qu’est-ce que partager un rêve ? »

21h30 — Lectures

Organisation

19 juin 2021 : 13h00 - 23h00

Visioconférence

Lien de connexion : https://us02web.zoom.us/j/82161726599
ID de réunion : 821 6172 6599

Contact : info@transglobal-studies.org
Événement Facebook : https://facebook.com/events/188332839847582/

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8