Licence Sciences de l’éducation

Domaine : Sciences humaines et sociales
Mention : Sciences de l’éducation *


En licence Sciences de l’éducation, les étudiants sont amenés à connaître progressivement différentes approches en sciences humaines et sociales appliquées à l’éducation, pensées comme des initiations autant aux méthodes et champs mobilisés par les disciplines (anthropologie, histoire, philosophie, psychanalyse, psychologie, sociologie, didactique, etc.), qu’au champ propre aux sciences de l’éducation. La formation, sur trois ans, vise ainsi l’acquisition de compétences et de savoirs fondamentaux dans les domaines de l’éducation et de la formation.

Les enseignements disciplinaires dispensés et les pédagogies initiées sont de nature à mieux appréhender les phénomènes et processus en mouvement dans les champs de l’éducation, de la formation, du travail social, du soin, etc. Ils assurent aussi une compréhension des ressorts de la relation éducative et de la dimension langagière inhérente à cette situation de travail spécifique. La formation en trois années construit par étapes des compétences transversales d’analyse, de compréhension et de réalisation de projet. Elle permet en outre l’acquisition de connaissances en matière de technologies de l’information et de la communication et de langue étrangère. Plus profondément enfin, la licence de Sciences de l’éducation a pour but d’accompagner les étudiants dans leur rapport au savoir et de ce fait mieux garantir leur réussite.

L’étudiant est ainsi capable de :

a. Se situer dans les domaines de connaissances suivants et en maîtriser les principaux concepts :

  • Anthropologie et philosophie de l’éducation
  • Approches psychologiques et psychanalytiques de l’éducation
  • Histoire des éducations
  • Sociologie de l’éducation

 

b. Maîtriser des compétences spécifiques liées aux champs de pratique :

  • Ecole et enseignement
  • Education, action sociale et soin
  • Intervention sociale, formation et éducation numérique
  • Formation linguistique et culturelle des migrants

 

c. Développer les compétences transversales

  • Rédiger un document construit et élaboré
  • Analyser un texte
  • Synthétiser une pensée
  • Exposer et argumenter à l’écrit ou à l’oral
  • Maîtriser les outils informatiques
  • Mobiliser des références
  • Constituer et présenter une bibliographie
  • Utiliser les ressources documentaires pour élaborer une recherche thématique
  • Mobiliser des ressources dans une ou des langues étrangères
  • Développer un esprit critique
  • Analyser les problèmes à l’aide des connaissances et de la culture générale acquises à travers l’étude des sciences de l’éducation
  • Se mettre en recul d’une situation, s’auto-évaluer et se remettre en question pour apprendre
  • Travailler en équipe autant qu’en autonomie, au service d’un projet

CONDITIONS D’ACCÈS

La licence de sciences de l’éducation est accessible à différents niveaux selon le niveau de formation envisagé.

En L1, sont admis les étudiants titulaires

  • du baccalauréat ;
  • d’un titre admis en dispense du baccalauréat (DAEU, capacité en droit, BT, BTS) ;
  • d’un équivalent du baccalauréat accompli à l’étranger.

En L2, sont admis les étudiants titulaires

  • d’une L1 lettres, arts, langues, sciences humaines et sociales d’une université française ;
  • d’une validation des études supérieures accomplies, notamment à l’étranger
  • d’un transfert d’une autre université.

En L3, sont admis les étudiants titulaires

  • d’une L2 lettres, arts, langues, sciences humaines et sociales d’une université française ;
  • d’un diplôme d’Etat du travail social ou du médico-social (éducateur spécialisé, assistant de service social ; conseiller en économie sociale et familiale ; éducateur de jeunes enfants) ;
  • d’un BTS « Economie sociale et familiale » ;
  • d’un DUT « Carrières sociales » ;
  • d’une validation des études supérieures accomplies, notamment à l’étranger ;
  • d’un transfert d’une autre université.

Les étudiants admis au titre d’un BTS, d’un DUT ou d’un diplôme d’Etat mentionnés ci-dessus sont admis de plein droit selon les textes nationaux cadrant leur accès à l’université mais voient leur dossier passer en commission pédagogique afin que leur expérience professionnelle puisse donner lieu à des équivalences dans le cursus de sciences de l’éducation.

Nombre de places (pour 2018-2019) :

En présentiel : L1 : 122 - L2 : 80 - L3 : 130

À distance : L3 : 175

MODALITÉS D’ADMISSION

Les modalités d’admission varient en fonction de la situation de chaque candidat (nationalité, pays de résidence, âge, type de diplôme, diplôme français ou étranger, candidat déjà ou jamais inscrit dans l’enseignement supérieur français, …).

Pour connaître la procédure qui correspond à votre profil, connectez-vous au site internet de Paris 8 à l’adresse suivante : https://appscol.univ-paris8.fr/admission-inscription

La licence Sciences de l’éducation est structurée en trois années : soit une L1, une L2 et une L3 représentant six semestres - de S1 à S6 -, pour un total de 1 320 heures (hors stage et hors projet tutoré). Chaque semestre de licence est crédité de 30 ECTS, pour un total de 180 ECTS sur l’ensemble du cursus. Chaque année de licence est constituée d’une majeure (approche par champs disciplinaires), d’une mineure (approche par champs de pratiques) et d’une UE transversale. Certains enseignements sont mutualisés avec l’ESPE de Créteil et avec le département Com / Fle de l’université Paris 8.

La formation est articulée autour d’une « majeure » en sciences de l’éducation, qui comprend 6 UE réparties sur les 6 semestres. Dans la majeure, les étudiants suivent et valident des enseignements portant sur les savoirs fondamentaux de la discipline, s’appuyant sur les approches proposées par la sociologie et l’anthropologie de l’éducation, l’histoire et la philosophie de l’éducation, la psychologie et la psychanalyse. En L1, il s’agit d’une entrée volontairement basée sur la découverte des sciences de l’éducation, notamment par la connaissance des terrains professionnels et scientifiques (enseignement, travail social, etc.) et l’acquisition de premiers éléments de culture générale en sciences humaines et sociales. Poursuivie en L2, cette majeure affine les enseignements fondamentaux en sciences de l’éducation en approchant ses disciplines constitutives, tandis que la L3 consolide ces savoirs disciplinaires fondamentaux.

Généraliste en début de cursus, la licence se spécialise progressivement en proposant une mineure interne qui représente 4 UE de la L2 à la L3. Cette mineure est préfigurée en L1 et peuvent être suivies tout au long du cursus. En L1, les étudiants peuvent choisir des EC de découverte des disciplines connexes des sciences humaines et sociales, dans lesquelles s’inscrivent les sciences de l’éducation, offrant aux étudiants une culture générale et des possibilités de passerelles vers d’autres formations. Les enseignements seront fléchés, en accord avec les départements d’origine (sociologie, histoire, psychologie, sciences du langage). Elle repose sur un tronc commun d’enseignements fondamentaux qui recouvrent deux ensembles : les apports des disciplines qui concourent aux sciences de l’éducation et les enseignements de champs de pratiques, qui visent l’apprentissage d’une réflexivité sur les situations professionnelles de l’éducation, autrement dit une meilleure intelligibilité des pratiques éducatives.

Dans la modalité à distance, seule la troisième année de licence (L3) est proposée. Cell-ci est également organisée en deux semestres intitulés S5 et S6, crédité chacun de 30 crédits européens. Chaque semestre est organisé autour de trois unités d’enseignement (UE) : une UE de majeure de sciences de l’éducation, une UE de mineure, une UE de compétences transversales.

Stage

Les stages courts obligatoires de L2 sont des stages dits de « découverte », qui constituent une double immersion dans deux champs professionnels différents (par exemple une école et un établissement médico-social). Ils donnent lieu à un suivi individuel et collectif dans le cadre des EC de mineures. Ils sont suivis par un tuteur de l’équipe pédagogique et éventuellement, dans le cadre des stages plus longs en L3, par un référent sur le lieu de stage.
En L3, le stage est dit d’ « observation » et permet de commencer à saisir les réalités éducatives de terrain et même d’initier à la recherche, sur le plan méthodologique, mais surtout par la théorisation des situations et des pratiques. Il se déroule dans une institution en lien avec le champ de pratique dans lequel il s’inscrit (école, centre de loisirs, foyer socio-éducatif, association, etc.). L’évaluation est basée sur la réalisation d’une « note de stage » ou rapport de stage, dans laquelle les étudiants doivent analyser le contexte de l’institution (situation géographique, historique…), l’organisation de l’action éducative (équipe, fonctionnement…), ainsi qu’un début de problématisation de situations observées. Dans l’idéal, le stage de L3 est différent du stage de L2, de façon à opérer une suite de stages en milieux contrastés, qui sont une manière de comprendre les transversalités entre terrains du social et de l’enseignement par exemple, mais aussi de parfaire ses choix d’orientation.
Il donne lieu à un suivi individuel et collectif de stage dans le cadre des enseignements de mineures et fait l’objet d’un rapport de stage qui tient lieu d’évaluation. Il se situe dans la continuité du dispositif mis en place en L2.

Projet tutoré

Le projet tutoré se situe au niveau L2. Il a pour but de permettre à l’étudiant de mieux connaître les métiers et les formations professionnelles déjà identifiés, comme de découvrir d’autres orientations possibles, qui peuvent par la suite constituer des solutions de réorientation. Mené en liaison avec un enseignant référent, il permet à l’étudiant de mieux s’inscrire dans un parcours au niveau L3.
L’étudiant mène un projet personnalisé à partir de conférences et événements en rapport avec les orientations et les enseignements suivis au sein d’un champ de pratiques. En accord avec le tuteur, l’étudiant choisit d’assister à des conférences et des rencontres, notamment parmi celles proposées par la formation, équivalant à 9 heures minimum obligatoires. Les rencontres avec le tuteur et le travail sur le dossier sont évalués à 21 heures de travail personnel, ce qui fait un total de 30 heures pour le projet.

La licence sciences de l’éducation ouvre d’une part à la poursuite d’études en deuxième cycle, notamment les masters sciences de l’éducation et les masters de sciences humaines suivant les conditions d’entrée dans ces masters et les parcours des étudiants.

La licence sciences de l’éducation est également une bonne préparation aux métiers de l’enseignement, particulièrement pour les candidats au professorat des écoles (1er degré), voire un complément de formation aux étudiants se préparant au CAPES (2nd degré). Certains enseignements de notre licence sont assurés par des formateurs de l’ESPE.

La Licence ouvre également aux autres métiers du champ scolaire, comme par exemple Conseiller principal d’éducation (CPE), mais peut permettre aussi de consolider la formation, les connaissances et la réflexivité de nombreux intervenants, souvent semi-professionnalisés, de l’accompagnement scolaire par exemple, voire des personnels des services Enseignement des collectivités territoriales, qui sont de plus en plus demandeurs de formation et d’appropriation de résultats de recherche.

Plus largement, la formation prépare aux métiers qui se situent au croisement des champs de l’éducation, de la formation et du social, de la santé : travail social, métiers du soin, de l’accompagnement, de l’aide à la personne, de la médiation, de l’animation, de l’éducation populaire, du numérique à destination des jeunes et des adultes, et de la formation linguistique auprès de publics migrants adultes, que ce soit dans le secteur public, privé ou associatif. Dans ces champs professionnels, la Licence peut constituer une formation initiale aux étudiants s’y destinant, mais est également investie par des étudiants titulaires de Diplômes d’Etat notamment (d’éducateur de jeunes enfants, d’éducateur spécialisé, d’assistant de service social, de conseiller en économie sociale familiale), ayant de l’expérience professionnelle mais visant des fonctions d’encadrement et d’animation d’équipes professionnelles (par exemple, dans le champ de l’intervention sociale, en se préparant au Certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale).

Dans le cadre des relations internationales organisées par l’université Paris 8 avec un certain nombre d’universités européennes, et dans des conditions particulières avec des universités Nord-américaines, les étudiants ont la possibilité d’effectuer une partie de leur cursus à l’étranger.

Responsable de la mention : Florence ELOY

UFR de rattachement : Sciences de l’Education, Psychanalyse et Français/langue étrangère (SEPF)

Secrétariat : Bât. A, salle 435 - Tél. 01 49 40 66 84 - Fax : 01 49 40 71 25

Courrier électronique : licence.sde@univ-paris8.fr

Site Internet : www.ufr-sepf.univ-paris8.fr/ ?-sciences-education-

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8