Après la fin. Gustave Flaubert et le temps du roman


Véronique Samson

Qu’est-ce qu’écrire après la fin ? Véronique Samson propose de relire l’œuvre de Flaubert comme une réponse de l’écrivain à sa relation au temps. Elle ouvre plus largement une réflexion sur l’histoire des formes romanesques au XIXe siècle.

Ce livre a pour point de départ la singulière vieillesse que s’attribue Gustave Flaubert, dès le plus jeune âge, dans sa correspondance. Il propose de relire l’œuvre du romancier comme une réponse à cette expérience du temps, héritée du romantisme mais exacerbée par la génération d’après la révolution de 1848 au point de devenir une véritable vie posthume. Il offre, du même coup, une réflexion sur l’histoire des formes romanesques au XIXe siècle, en tâchant de comprendre comment le roman flaubertien compose à partir de l’expérience posthume — comment il traduit cette expérience et comment il la produit, pour faire ressentir au lecteur dès la première page que tout est déjà terminé.

Présentation de l’auteure

Après avoir complété un doctorat à l’université McGill en 2017, Véronique Samson poursuit ses recherches à l’université de Cambridge, puis au Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle de l’université Sorbonne Nouvelle. Ses travaux portent sur l’histoire du roman au XIXe siècle dans son rapport aux expériences du temps et de l’histoire.

 

Date de parution : 28 janvier 2021

Editeur : Presses Universitaires de Vincennes ; Collection : Culture et Société ; ISBN : 978-2-37924-154-3 ; Format : 137x220 mm ; Nombre de pages : 376 ; Prix : 24 €

À consulter sur le site de l'éditeur

https://bit.ly/2Ol9gl7

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8