La mesure du développement - Comment science et politique se conjuguent



Colloque international sous le
patronage de Mme Irina BOKOVA, Directrice générale de l’UNESCO, organisé par le GEMDEV
(groupement pour l’étude de la mondialisation et du développement), équipe de
recherche de l’université Paris 8, en partenariat avec l’UNESCO

 
 
 
 
Du 1er
au 3 février 2012



 
à l’UNESCO
Batiment Fontenoy - 7 Place de Fontenoy, 75007 Paris
 
 
 
Le débat sur la mesure des performances économiques et du progrès social
est récurrent depuis des décennies parmi les spécialistes du
développement. Question ancienne, la mesure du développement se pose
sous une forme nouvelle dans le contexte contemporain marqué par le
creusement des inégalités dans les pays du Nord et par les évolutions
rapides de certains pays du Sud.
 
Ces
évolutions invitent à s’interroger sur les concepts statistiques et les outils
de mesure. Ceux-ci ont, le plus souvent, fait l’objet d’une exportation
technique et intellectuelle à partir des pays du Nord, où ils ont été conçus et
utilisés, vers les pays en développement. L’inverse est plus rare.
 
Désormais, pour l’étude des processus de
développement, chercheurs et experts disposent d’outils quantitatifs variés qui
peuvent renouveler les modalités de mesure de ces processus. Des informations
abondantes et chiffrées, y compris sur les aspects qualitatifs, sont
apparemment de plus en plus accessibles grâce aux TIC. En réalité, on peut
s’interroger sur les modalités concrètes d’accès à ces données
(confidentialité, accès payant) et sur les conditions différenciées entre le
Nord et le Sud (fracture numérique).
 
Mais, au delà de cette question de l’accès, se
pose, plus que jamais, la question de la légitimité des données et indicateurs
ainsi diffusés largement. Ceux proposés par les divers producteurs de données
se voient, trop souvent, conférer un caractère quasi magique et sont utilisés
sans précautions dans le débat
social et politique.
 
Dans bien des cas on pourrait parler
de coup de force intellectuel et scientifique quand le public est noyé
sous les mesures. L’abondance de ces dernières masque souvent l’absence d’une définition rigoureuse de leur objet.
La question de la pertinence des divers indicateurs permettant de mesurer et
d’identifier le développement économique et social se pose donc. Ces
indicateurs servent aussi, de plus en plus, à légitimer des types
d’intervention et des modes opératoires de l’aide comme des politiques de
développement.
 
 Si
les débats relatifs à la mesure des performances économiques et du progrès
social prennent le plus souvent un aspect technique, cette technicité ne doit
pas masquer les enjeux liés à la mesure. L’orientation et le contenu de ces
mesures ne sont pas neutres. Leurs dimensions politiques, idéologiques et
sociales sont essentielles. L’universalisme des méthodes de mesure, la
comparabilité des données, l’articulation des concepts analytiques et
statistiques sont à interroger au regard des spécificités des pays et des régions.
 
Ce sont ces interrogations qui seront au centre
des échanges et discussions proposées autour de quelques grandes questions.
 
 
 
Présentation de la problématique

 
 
Programme des sessions plénières

 
 
 
Inscription obligatoire avant le 20
janvier 2012

Informations sur : www.gemdev.org
 
 
Tarifs :
  • Chercheurs,
    Enseignants, vivant au Nord : 80 euros ;
  • Chercheurs Sud vivant au Sud :
    20 euros ;
  • Etudiants et chômeurs : 10 euros.

 
 
 
Contacts : 
Catherine CHOQUET, Marion FLEURANCE, GEMDEV,
marion.fleurance@univ-paris8.fr
colloque.gemdev@univ-paris1.fr
 
 
 
 
 
 
1er février 2012 : 14h32 - 15h32

Le débat sur la mesure des performances économiques et du progrès social est récurrent depuis des décennies parmi les spécialistes du développement. Question ancienne, la mesure du développement se pose sous une forme nouvelle dans le contexte contemporain marqué par le creusement des inégalités dans les pays du Nord et par les évolutions rapides de certains pays du Sud.
UNESCO

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8