Master Diversités et discriminations

Domaine : Sciences humaines et sociales
Mention : Science Politique
Parcours :
- Diversités et discriminations
- Politique transnationale et mondialisation
- Cultures et politiques : mots, images et théorie
- Sciences sociales et culturelles


La mention Science politique fournit aux étudiants des compétences opératoires pour comprendre les logiques et les effets des divisions et des inégalités structurant nos sociétés au niveau infranational comme supranational, et pour intervenir professionnellement dans ces domaines. Qu’il s’agisse de désamorcer les tensions ou les phénomènes d’exclusion issus de mécanismes de discrimination (sociale, raciale, sexuelle etc.) ou de s’attaquer aux déséquilibres, lourds de conséquences, marquant les relations transnationales, la connaissance des phénomènes sous-jacents acquise au sein de la formation, comme celle des instruments d’action existants (et de leurs éventuels effets pervers), constitueront la clé de la reconnaissance professionnelle de nos diplômés. La mention dans son ensemble traite de la question du « gouvernement des différences », qui fait l’originalité de la formation et le lien entre les quatre parcours.

Le parcours Diversités et discriminations (parcours A) propose une approche à la fois théorique et pratique des phénomènes de discrimination et d’inégalité, ainsi que des initiatives et des politiques destinées à les combattre. Ces hiérarchies peuvent être socio-économiques, urbaines, « raciales » ou encore de genre. Le plus souvent elles tendent à se croiser et se renforcer les unes les autres, donnant lieu à des formes complexes de discrimination. Ce parcours s’intéresse ainsi à plusieurs dimensions saillantes dans les politiques d’aujourd’hui : la gestion politique des corps (politiques sexuelles ou familiales, politiques de santé), les transformations de l’État et des politiques sociales, l’émergence de « populations vulnérables », les relations sociales et les conditions de travail, la bientraitance des corps au travail, la question des inégalités d’inclusion et de participation citoyennes, les enjeux de mobilisations civiques (dénonçant des injustices ou des défaillances dans la représentation politique, etc.).

Il permet aux étudiant(e)s de comprendre/participer aux différentes mobilisations sociales et aux nouveaux dispositifs d’intervention publique sur ces questions. La « lutte contre les discriminations » a en effet profondément transformé le regard porté sur les inégalités dans les institutions locales, nationales ou européennes. En mobilisant les acquis de la recherche sur la stratification sociale, la ville, le genre ou les discriminations raciales, le parcours met ainsi l’accent sur les nouvelles possibilités, mais aussi les tensions, de l’action publique en matière de lutte contre les discriminations, tant au niveau local, étatique qu’au sein de l’Union Européenne.

Fiche compétences
Master Diversités et discriminations

L’accès en master est possible :

  • pour les titulaires d’une licence en Science politique ou d’une licence dans un champ compatible : sociologie, philosophie, langues étrangères, anthropologie, géopgraphie, économie, histoire, arts, sciences de l’information et de la communication
  • pour les titulaires d’un master 1 en Science politique (accès en master 2)
  • par validation des études, expériences professionnelles ou acquis personnels (décret 2013-756 du 19 août 2013) : accès sans avoir le diplôme requis, compte tenu des études, des acquis personnels et des expériences professionnelles
  • par validation des études supérieures accomplies, notamment à l’étranger

 

Pré requis

Les prérequis pour un accès à la formation concernent pour l’essentiel les compétences transmises au niveau des licences généralistes de science politique :

  • connaissance des réalités et des pratiques dans certains domaines des politiques publiques, de l’action des organisations, des groupements et mouvements politiques, syndicaux, associatifs, etc ;
  • connaissance des niveaux d’organisation et de décisions publiques (Europe, Etat, région, département, commune…) ;
  • capacité de recherche, de collecte et de synthèse d’informations sur les questions sociales et politiques ;
  • capacité d’analyse, de critique et d’argumentation dans ces domaines,
  • capacités rédactionnelles ;
  • compétences en matière de comparaison et de questions internationales : compétences linguistiques, connaissance des terrains par la mobilité (et éventuellement la réalisation du stage à l’étranger).


Modalités d’admission

Les modalités d’admission varient en fonction de la situation de chaque candidat (nationalité, pays de résidence, âge, type de diplôme, diplôme français ou étranger, candidat déjà ou jamais inscrit dans l’enseignement supérieur français, …).
Pour connaître la procédure qui correspond à votre profil, connectez-vous au site internet de Paris 8 à l’adresse suivante : https://appscol.univ-paris8.fr/admission-inscription/

Le volume horaire global du master (M1+M2, hors stage) pour chaque parcours est de 780h.

Pour les parcours Diversités et discriminations, Politique transnationale et mondialisation et Cultures et politiques : mots, images et théories, le semestre 1 de la 1ère année de master est constitué d’un tronc commun aux trois parcours. Les trois parcours se déploient selon une structure similaire comportant à chaque semestre une UE de parcours et une UE de méthode.

Pour ces trois parcours, un stage professionnel ou de recherche académique est prévu en deuxième année d’études. Il est recommandé, mais pas strictement obligatoire, de faire le stage en France.

Pour plus de précisions : https://science-politique.univ-paris8.fr/-Master-de-science-politique-

 

Le cadre général des modalités de contrôle des connaissances qui s’appliquent à l’université Paris 8 est voté pour chaque année universitaire en Commission de Formation et de la Vie Universitaire. Ces modalités peuvent être complétées par chaque formation dans une annexe afin de tenir compte de leurs spécificités et de leurs orientations pédagogiques.

Afin de prendre en compte les difficultés spécifiques que peuvent rencontrer certains étudiants en raison d’une activité professionnelle ou de situations particulières notamment de handicap, un aménagement du contrôle continu est proposé au sein de la formation.

Les modalités de contrôle des connaissances et leurs annexes sont communiquées aux étudiants de préférence avant le début des cours ou au plus tard trois semaines après le début de ceux-ci.

Elles sont également accessibles sur https://www.univ-paris8.fr/Regles-de-scolarite-et-d-examens

Les stages sont possibles mais optionnels en M1. Au M2, il est possible de faire un mémoire recherche ou un mémoire de stage au choix. Ce mémoire valide la réalisation d’un stage de plus de deux mois. Hormis quelques séminaires rassemblés sur des demi-journées annoncées à l’avance, le S4 est libre, ce qui permet aux étudiants de réaliser des stages longs.

La formation de master de science politique est principalement adossée à l’UMR CRESPPA, dont sont membres la majorité des enseignants-chercheurs, et qui fournit en outre des chercheurs CNRS qui assument des chargent de cours. Cependant, elle peut aussi s’appuyer sur le Laboratoire d’Etudes de genre et de sexualités (LEGS). Le master peut en outre compter sur deux Groupements d’Intérêt Scientifique : l’Institut du Genre et le GIS Démocratie et Participation.

Les enseignants-chercheurs font partie de deux écoles doctorales : Théorie du Sens et Sciences sociales, en fonction de leur affiliation au sein des équipes du CRESPPA et au LEGS.

Les enseignements du master sont fortement liés à la recherche. L’EC d’initiation à la recherche en M2, ainsi que les cours de tutorat de mémoire, permettent aux étudiants de s’initier à la recherche. Des séminaires de recherches de laboratoire, notamment assurés par des membres du département, peuvent en outre être validés en EC libre.

 

 

Au S2 du Master 2 la mobilité des étudiants du parcours politique transnational sera particulièrement encouragée.

Universités et écoles

Le partenariat avec l’université Viadrina Frankfurt/Oder est décisif, avec la création du double-diplôme international.

Il s’agit donc de renforcer les relations avec certains établissements et signer des conventions avec d’autres.

Parmi les relations existantes, les partenariats sont serrés avec les universités :

 

Des nouveaux accords sont en négociation avec :

 

La formation cherchera également à nouer des liens pédagogiques privilégiés avec certains des universités membres du réseau Critical Edge Alliance, dont l’université Paris 8 est membre.

Partenaires socio-économiques

Partenariat pédagogique avec le GRDR et l’Association Réveil (Réseau de Valorisation Economique d’Initiatives Locales) : participation des professionnels dans le cadre du cours gestion par projet (M2) ; travail sur des études de cas réels. Formation à la recherche dans le cadre de stages pour des étudiants associés à des projets de recherche-action. Nouveaux partenariats en cours de négociation : Bibliothèques sans frontières ; Musée de l’histoire de l’immigration. En particulier, pour les stages et les intervenants professionnels dans le cadre du parcours C nouvellement créé, des partenariats sont en cours d’exploration avec certaines des institutions associées à la COMUE UPL (INA, BNF) mais également avec d’autres institutions culturelles avec lesquelles des collaborations préexistaient (Palais de Tokyo) ou sont actuellement discutés (Institut français, Unifrance, CNIL).

Partenariat pédagogique avec le GRDR : participation d’un professionnel dans le cadre du cours suivi de projet (M2) ; stages pour les étudiants.

Partenariats en cours de négociation : Bibliothèques sans frontières ; Musée de l’histoire de l’immigration.

 

Poursuites d’études

Doctorat en science politique, sociologie, philosophie…. Axe « arts, savoirs, culture » du CRESPPA, notamment.

Débouchés professionnels

Le parcours Diversités et discriminations débouche sur des secteurs professionnels émergents aussi bien privés que publics traitement des enjeux de diversité, d’inégalités/d’égalité des chances, de lutte contre les exclusions et les discriminations (sur la base de l’origine, de la race, du genre, de l’orientation sexuelle, de la religion, d’inégalités économiques, etc.), de parité, de nouvelles formes de participation politique (dispositifs de démocratie dite participative), de harcèlement ou de discriminations au travail, de gestion de « populations vulnérables » (handicap, maladie, vieillissement, etc.).

Les diplômé(e)s peuvent occuper des postes de chargés de mission, chargés de projet ou de formateurs dans ces domaines (droits humains, discriminations, diversité, égalité des chances…), de responsable (ou adjoint) de service s’occupant des relations humaines et sociales dans une organisation donnée, consultant/conseiller intervenant dans ces domaines. Ils/elles sont également qualifié(e)s pour élaborer et conduire des études, des diagnostics, des évaluations, et pour piloter la mise en œuvre de dispositifs publics d’intervention.

Responsables de la mention et du parcours :
Pierre GILBERT & Kolja LINDNER

Capacité d’accueil :
- Diversités et discriminations :
En M1 : 30
En M2 : 30
- Politique transnationale et mondialisation :
En M1 : 30
En M2 : 30
Cultures et politiques : mots, images et théorie :
En M1 : 20
En M2 : 20

UFR de rattachement :
Textes et sociétés

Secrétariat :
Bât. B2, salle 333
01 49 40 70 75
master-scpo@univ-paris8.fr

Site Internet :
http://www.ufr-textes-et-societes.univ-paris8.fr/Science-politique

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8