Master Interprétation Langue des Signes Française / Français

Domaine : Sciences humaines et sociales
Mention : Sciences du langage
Parcours : Interprétation Langue des signes française/français (ILSF/F)


L’objectif du Master Sciences du langage (SDL) est de préparer des linguistes tant aux métiers de la recherche et de l’enseignement qu’à d’autres secteurs d’activité. Connaître la structuration et le fonctionnement des langues humaines, maîtriser la méthodologie de la recherche en Sciences du langage, savoir mener un projet de recherche, observer et interroger une situation de communication – ces bases communes du Master en SDL permettent une formation solide à la recherche ou à une activité d’enseignement, d’interprétation ou de diffusion des langues.

Le parcours à dominante professionnelle, Interprétation, langue des signes française/français (ILSF/F) présente une forte spécificité (et un atout largement reconnu) par rapport aux autres formations d’interprètes LSF/français existant en France. Il résolument pluridisciplinaire et associe la réflexion théorique en sciences du langage, en traductologie, en histoire et culture des sourds et de la langue des signes et en déontologie, à la pratique des deux langues de travail (français et LSF) et à la pratique de l’interprétation et de la traduction écrite. Par ailleurs, il est le seul en France à avoir développé des cours spécifiques de réunion, de signes internationaux vers le français, d’interprétation en milieu scolaire, de prévention des TMS par un ostéopathe et de télé-interprétation dans tous ses aspects.

Fiche compétences
Master Interprétation langue des signes française/français

L’accès en master est possible :

  • pour les titulaires d’une licence Sciences du langage, Lettres, Langues et civilisations étrangères, Langues étrangères appliquées, ou toute autre licence ou d’une licence professionnelle LSF (accès en master 1)
  • pour les titulaires du master 1 parcours ILSF (accès en master 2)
  • par validation des études, expériences professionnelles ou acquis personnels (décret 2013-756 du 19 août 2013) : accès sans avoir le diplôme requis, compte tenu des études, des acquis personnels et des expériences professionnelles
  • par validation des études supérieures accomplies, notamment à l’étranger

 

Il sera apprécié :

  • le niveau en LSF (minimum niveau B1 du référentiel CECRL pour l’accès en M1, C1 pour l’accès en M2)
  • la culture générale et les compétences en français
  • les motifs justifiant du choix du master par le candidat

 

Pour les ressortissants d’un pays non francophone et n’ayant jamais fait d’études en France ou dans un pays francophone, il sera apprécié en outre le niveau de français (compréhension et capacité d’expression initiales de la langue française suffisantes pour suivre les enseignements et échanger par des contributions écrites et orales).

Cette appréciation sera fondée en premier lieu sur l’examen du dossier comprenant :

  • une attestation des formations en LSF, comportant les dates et l’indication des niveaux de compétences atteints (niveau B1 pour l’entrée en M1, C1 pour entrer en M2, CECRL)
  • les relevés de notes et les diplômes
  • le relevé de notes de la licence
  • une lettre de motivation
  • pour les étudiants non francophones, l’attestation du test de français (niveau C2 : DALF ou TCF complet en compréhension et en expression orales et écrites) 

 

Elle sera fondée en second lieu sur quatre épreuves de sélection :

  • un entretien en français et un entretien en LSF
  • une épreuve évaluant les capacités de restitution du sens dans les deux langues (restitution orale en français d’une vidéo en LSF et inversement)
  • un test en français écrit de culture générale.

 

Pré requis

L’étudiant admis en Master de SDL doit avoir une formation théorique lui permettant de traduire en termes scientifiques sa propre relation à la langue. Il doit maîtriser les outils conceptuels nécessaires à l’exploration des multiples facettes du langage humain. Il possède également la capacité́ d’élaborer un raisonnement de type scientifique (observations>hypothèses>vérification) à propos d’un objet, le langage, généralement associé en France aux études dites « littéraires », mais qui occupe aussi une place centrale dans l’étude de la cognition et du comportement humains.

En fonction du parcours, il est recommandé que les étudiants admis maîtrisent différents aspects de la description des langues, phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique, pragmatique ; la problématique de l’enseignement des langues ; les connaissances de base liées au processus de compréhension, de production et d’acquisition linguistique ; la LSF et son analyse linguistique.

Le niveau B1 en LSF est requis. L’accès est soumis à des épreuves de sélection évaluant les connaissances en français oral, en LSF, les capacités de restitution du sens en français et en LSF ainsi qu’à un test écrit de culture générale.

Modalités d’admission

Les modalités d’admission varient en fonction de la situation de chaque candidat (nationalité, pays de résidence, âge, type de diplôme, diplôme français ou étranger, candidat déjà ou jamais inscrit dans l’enseignement supérieur français, …).

Pour connaître la procédure qui correspond à votre profil, connectez-vous sur le site de l’Université https://appscol.univ-paris8.fr/admission-inscription/

Ce parcours permet directement aux étudiants de pratiquer l’interprétation LSF/français à un niveau professionnel (il fait partie des 5 masters reconnus par l’Association française des interprètes et traducteurs en langue des signes – AFILS – comme indispensables à la pratique du métier).

Il propose un M1 composé d’enseignements théoriques permettant aux étudiants de développer leurs connaissances en sciences du langage : en linguistique (des langues des signes et des langues vocales), en traductologie, en histoire et culture sourde dans une perspective de Deaf Studies. Cette première année de master propose également de nombreux cours de renforcement en LSF et en français, elle forme également les étudiants à la pratique de l’interprétation consécutive LSF/français et de la traduction écrite LSF/français, préalables indispensables pour suivre la deuxième année et elle propose un stage d’observation du métier de 30h.

Le M2 est centré sur l’acquisition, pendant les cours, des techniques d’interprétation simultanée entre la LSF et le français dans tous les domaines d’intervention professionnels, dans une optique pluridisciplinaire, avec en plus des cours de linguistique de la LSF, de LSF, de français, de culture générale, de déontologie. La deuxième année de master est complétée par une longue période d’expérience en milieu professionnel (330h), pendant laquelle les étudiants s’entrainent à pratiquer l’interprétation en milieu réel sous le contrôle de leurs tuteurs de stage (des interprètes professionnels) et par la rédaction d’un mémoire de recherche pour permettre aux étudiants de développer leur analyse et leur esprit critique en lien avec la pratique du métier. Ce parcours permet également la poursuite d’études en doctorat de Sciences du langage, spécialisé́ en traductologie.

Organisation et contenu des enseignements

Le cadre général des modalités de contrôle des connaissances qui s’appliquent à l’université Paris 8 est voté pour chaque année universitaire en Commission de Formation et de la Vie Universitaire. Ces modalités peuvent être complétées par chaque formation dans une annexe afin de tenir compte de leurs spécificités et de leurs orientations pédagogiques. Afin de prendre en compte les difficultés spécifiques que peuvent rencontrer certains étudiants en raison d’une activité professionnelle ou de situations particulières notamment de handicap, un aménagement du contrôle continu est proposé au sein de la formation.

Les modalités de contrôle des connaissances et leurs annexes sont communiquées aux étudiants de préférence avant le début des cours ou au plus tard trois semaines après le début de ceux-ci.

Elles sont également accessibles sur https://www.univ-paris8.fr/Regles-de-scolarite-et-d-examens

Le stage est obligatoire à la fois en M1 et en M2 dans les trois parcours de la mention, le volume horaire étant variable en fonction du parcours. Les stages constituent une part essentielle de la formation ILSF/F.

En M1, stage d’observation (30 h.)

  • Objectifs : acquérir une connaissance du futur terrain d’exercice du métier.
  • Contenus : observations d’interprètes professionnels en exercice dans toutes les situations d’interprétations.

En M2, stage Expérience en milieu professionnel (330 h)

  • Objectifs : mettre en pratique sur le terrain, dans le monde réel, les techniques d’interprétation acquises en formation.
  • Contenus : sous le contrôle d’un tuteur interprète LSF/français diplômé (si possible membre de l’AFILS), initiation sur le terrain à l’exercice des diverses formes de l’interprétation LSF/français.

 

Pour impliquer les étudiants et optimiser leur connaissance de leur futur terrain d’exercice, il leur est demandé de participer activement à leur recherche de stage, la coordination et la gestion de ces stages étant par ailleurs assurée conjointement par deux enseignantes-chercheuses de Paris 8 (l’une co-responsable du parcours et l’autre co-coordinatrice du parcours) de ce parcours et elles-mêmes interprètes professionnelles membres de l’AFILS.

Chaque stage fait l’objet d’un double suivi (écrit), par les responsables des stages titulaires de Paris 8 et par un tuteur-interprète professionnel référent sur le terrain.

Le métier d’interprète étant caractérisé, de fait, par la grande diversité des situations (interprétation de liaison, de conférence, de réunion, interprétation en milieu institutionnel, au tribunal, etc., interprétation en milieu scolaire…), des secteurs (visite chez le médecin, santé mentale, CAF, université…) et des thématiques, il est demandé aux étudiants de M2 de diversifier au maximum leurs lieux de stage (avec toutefois un minimum d’une semaine par lieu de stage) et, de ce fait, leurs tuteurs-interprètes. Il est également conseillé de réaliser ces stages dans la mesure du possible en divers endroits du territoire, la situation réelle de l’interprète pouvant être très différente selon qu’il se trouve isolé dans sa région ou au contraire dans une région riche en services d’interprétation-traduction. Les liens avec l’AFILS, dont les membres se trouvent répartis partout en France, est à cet égard un atout majeur.

L’évaluation du stage en M2 comporte les deux volets a/ du rapport de suivi par les tuteurs-interprètes et b/ du rapport de stage, celui-ci étant assorti d’un entretien de 15 minutes en LSF sur ce rapport avec un enseignant sourd et la responsable des stages enseignante-chercheuse.

Une grande partie des enseignants chercheurs intervenant dans le Master SDL sont membres titulaires de l’UMR 7023 Structures formelles du langage, qui s’articule en cinq thèmes :

  1. Acquisition et psycholinguistique (AP)
  2. Dynamique interactionnelle et multimodalité (DIM)
  3. Phonologie, interfaces et modélisation
  4. Sourds et langues des signes (SLS)
  5. Syntaxe et sémantique

Le parcours ILSF/F est également adossé aux travaux menés par l’UMR, notamment au sein de l’équipe SLS qui développe notamment des recherches portant sur l’interface entre la didactique et acquisition des langues, mais aussi sur la traductologie dans la perspective des Deaf Studies.

Par ailleurs, une structure de recherche interne à Paris 8 – Experice (EA 3971) – est le laboratoire de rattachement de certains enseignant chercheurs collègues du département COM/FLE intervenant dans le parcours de DDLES. L’UMR 7023 est adossée à l’Ecole doctorale n° 224 « Cognition Langage Interaction ».

À l’issue de la formation, les titulaires du master mention SDL, parcours Interprétation, langue des signes française/français (ILSF/F)sont capables :

  • d’identifier la diversité des registres et des usages en LS
    • d’effectuer une interprétation consécutive, une interprétation simultanée, une traduction écrite
    • de maîtriser l’interprétation de liaison (y compris en visio-interprétation), de réunion, de conférence
    • de s’adapter à la multiplicité des situations professionnelles
  • de préserver la distance nécessaire à l’exercice en neutralité de l’acte d’interprétation
  • de tenir la ligne éthique et déontologique définie par les professionnels de l’interprétation en LSF/français.

 

Le parcours ILSF/F débouche directement sur le métier d’interprète en langues des signes française/français :

  • Interprétation de liaison et de réunion dans divers domaines (médical, juridique, scolaire) et secteurs (de l’information et des médias, des collectivités locales et territoriales)
  • Interprétation de conférences dans les domaines de la culture (Universités, musées nationaux) et de l’administration (Institutions d’État, parlement, Sénat)
  • Traduction LSF/français écrit

Responsables de la mention :
Sandra Benazzo et Florence Encrevé

Responsables du parcours :
Interprétation Langue des signes française/français (ILSF/F) :
Brigitte Garcia & Florence Encrevé

Capacité d’accueil (par parcours) :
En M1 : 20
En M2 : 20

UFR de rattachement :
Sciences du langage (SDL)

Secrétariat  :
Bât A, salle 145
Tél. : 01 49 40 70 93
Fax : 01 49 40 67 90
sdl2@univ-paris8.fr

http://www.ufr-sdl.univ-paris8.fr/-Masters-

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8