Cérémonie de remise du doctorat honoris causa à Joan W. Scott



Mis à jour le 21 novembre 2022
Crédit photo : Institute for Advanced Study, Princeton.
 
Remise du titre de Docteure honoris causa à Joan W. Scott, Professeure émérite d’histoire, spécialiste de la théorie féministe et d’études de genre, Institute for Advanced Study, Princeton
Par Annick Allaigre, présidente de l’université Paris 8, en présence d’Éric Fassin, professeur de sociologie et d’études de genre, LEGS / Paris 8
 
Joan W. Scott est une historienne états-unienne, professeure émérite à l‘Institute for Advanced Study à Princeton. Elle est une spécialiste internationalement reconnue de l’histoire du genre et de ses enjeux théoriques et politiques.
 
Chercheuse plurielle, mais toujours féministe, ses recherches ont évolué de l’histoire sociale à l’histoire des femmes, puis, dans le courant des années 1980, de l’histoire des femmes à l’histoire du genre dont elle a été une des premières théoriciennes, et reste l’une des plus influentes.
 
C’est plus précisément en 1986 qu’elle publie l’article Genre : une catégorie utile d’analyse historique, qui fait émerger le genre comme un nouveau champ d’études qu’elle définit de la sorte :

« Le genre est un élément constitutif des relations sociales fondé sur les différences perçues entre les sexes, et le genre est une façon première de signifier des rapports de pouvoir. »

Autrice de nombreux travaux sur le genre, le féminisme et la citoyenneté, elle a vu nombre de ses ouvrages traduits en français, parmi lesquels :
  • Les femmes, le travail et la famille, avec Louise Tilly (1988),
  • La Citoyenne paradoxale (1998),
  • Parité ! L’universel et la différence des sexes (2005),
  • Théorie critique de l’histoire (2009),
  • De l’utilité du genre (2012),
  • La politique du voile (2017),
  • La religion de la laïcité (2018).

Interviewée par Libération, en septembre 2018, elle commente ses recherches de la sorte :

« Au fond, ma question a toujours été celle des rapports de force asymétriques. Et l’inégalité entre les sexes en est la matrice. »

Universitaire de premier plan, elle a reçu au fil de sa carrière de nombreuses distinctions.
 
En 2016, elle a été la première femme, et elle est la seule à ce jour, à recevoir le prix Talcott Parsons de l’American Academy of Arts & Sciences qui a récompensé depuis 1974 onze des figures les plus éminentes des sciences sociales. Elle est également la première femme à se voir décerner le Prix international Edgar de Picciotto.
 
Si elle a été faite chevalier de la Légion d’honneur en 2017, alors qu’une dizaine d’universités dans le monde lui ont décerné un doctorat honoris causa, aucune en France ne l’a encore fait. Une omission que Paris 8 s’empressera de rectifier.

Informations pratiques

Mardi 22 novembre 2022 - 15h30

Bâtiment L - Amphithéâtre X

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8