« Seine de crime » : un projet innovant au croisement du droit et du cinéma !



Mis à jour le 18 mai 2022
« Seine de crime » est le nom du projet permettant à des étudiants en droit et en cinéma des universités Paris 8 et Paris Nanterre de réaliser des vidéos consacrées à l’actualité du droit pénal, sous la direction de Benjamin Fiorini, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles à l’université Paris 8, Laboratoire CRJP8.
 
Ces vidéos sont associées à des interviews de spécialistes des sujets traités : magistrats, avocats, enseignants-chercheurs, syndicats, militants associatifs, etc.

Les objectifs


Cette expérimentation, financée par l’Université Paris Lumières dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Formats pédagogiques innovants avec le numérique  », s’inscrit dans une démarche d’ouverture et de démocratisation du savoir. En effet, il s’agit d’aborder les grands problèmes d’actualité du droit pénal de façon à la fois instructive et plus décalée que ce qui se fait généralement en droit, afin de décloisonner la matière en s’adressant à un public dépassant la communauté des juristes.
 
L’autre maître-mot du projet est la transdisciplinarité, l’idée étant de rassembler des étudiants issus de filières différentes autour d’un projet commun. L’approche transdisciplinaire offre aux étudiants l’occasion de se familiariser avec des univers nouveaux (par exemple, les étudiants en droit découvrent les techniques et les contraintes liées au tournage et au montage des vidéos, tandis que les étudiants en cinéma se familiarisent avec des notions juridiques complexes), tout en produisant des œuvres originales.
 
Un autre objectif du projet « Seine de crime  » est de proposer aux étudiants une expérience à la fois innovante, formatrice et créative. Innovante, car il est rare de donner aux étudiants l’occasion de s’exprimer selon de telles modalités. Formatrice, car chaque étudiant doit s’interroger sur la meilleure façon de mobiliser ses compétences au service d’une œuvre commune (par exemple, les étudiants en droit doivent faire montre de pédagogie pour expliquer simplement des notions juridiques complexes, tandis que les étudiants en cinéma doivent imaginer des mises en scène et des effets visuels adaptés à ce type de contenu). Créative, car une grande liberté est laissée aux étudiants quant à la manière dont ils souhaitent présenter les thèmes d’actualités, ce qui les amène à explorer d’autres formes de discours, dans une quête d’harmonie entre le verbal et le visuel.

Les thèmes

  • Les violences policières
  • Le féminicide

Les violences policières

Le féminicide

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8