Master Géopolitique locale et gouvernance territoriale (aménagement, concertation)

Domaine : Sciences humaines et sociales
Mention : Géopolitique
Parcours : Géopolitique locale et gouvernance territoriale (aménagement, concertation)


Depuis une dizaine d’années le mot « géopolitique » s’est imposé dans les médias et les sciences sociales pour désigner les conflits dans le monde contemporain. Ces conflits peuvent être internationaux ou internes aux États (guerres civiles, terrorisme, conflits d’aménagement ou autour d’enjeux environnementaux), mais aujourd’hui, ces deux échelles sont de plus en plus souvent étroitement imbriquées.

Ce Master a pour but de former de véritables spécialistes de l’analyse géopolitique par une préparation pluridisciplinaire théorique et pratique sérieuse en vue d’accéder à des emplois dans les domaines suivants : médias, entreprises, O.N.G., ambassades, ministères, collectivités territoriales, concours administratifs, ou d’une préparation à la recherche ou Doctorat. Il a également un caractère professionnalisant unique en France grâce à l’alternance, c’est-à-dire la possibilité de suivre les parcours de la deuxième année en stage, en contrat d’apprentissage ou contrat de professionnalisation.

Le parcours Géopolitique locale et gouvernance territoriale (aménagement, concertation) forme des praticiens de la gestion du local à la prise en compte des stratégies des acteurs (élus, associations, entreprises, services de l’État), à la prévention et à la gestion des conflits territoriaux locaux.


Compétences visées

  • Maîtrise de la méthode d’analyse géopolitique
  • Culture générale en matière d’aménagement et de droit de l’environnement
  • Apprentissage des méthodes et du droit de la concertation
  • Maîtrise de la cartographie numérique et initiation aux Systèmes d’information géographique (SIG)
  • Maîtrise de l’expression orale et écrite dans un contexte professionnel (prise de parole en public, exposé courts, note de synthèse, étude de contexte, rapport d’étude).
Fiche compétences
Fiche compétences
Master Géopolitique locale et gouvernance territoriale

L’accès en master est possible :

  • En Master 1, pour les titulaires d’une licence Géographie, Droit, Sociologie, Sciences de l’homme, Anthropologie, Ethnologie, Economie et gestion, LLCER, LEA, Histoire, Sciences politiques ou d’un diplôme d’ingénieur ;
  • En Master 2, pour les titulaires du master 1 ou d’un master 1 dans un champ compatible avec le domaine de formation (géographie, aménagement, urbanisme, sciences politiques) ;
  • Par validation des études, expériences professionnelles ou acquis personnels (décret 2013-756 du 19 août 2013) : accès sans avoir le diplôme requis, compte tenu des études, des acquis personnels et des expériences professionnelles ;
  • Par validation des études supérieures accomplies, notamment à l’étranger.


Il sera apprécié :

  • La qualité du projet de recherche au regard de la méthode géopolitique, sa faisabilité, son originalité et son intérêt (titre et développement argumenté : objet, esquisse de problématique, méthodes, en une à deux pages, voir description ci-dessous).
  • L’adéquation du profil personnel au projet de recherche présenté.
  • La capacité rédactionnelle en français (C1) et en anglais (B2), ainsi que la maîtrise ou l’apprentissage de la langue, ou des langues, éventuellement nécessaire(s) à l’enquête de terrain.
  • Les résultats antérieurs et l’adéquation de la formation antérieure au master géopolitique.
  • Les motifs justifiant du choix du master par le candidat et la motivation personnelle.
  • Les compétences interculturelles et l’ouverture d’esprit.


Cette appréciation sera fondée dans un premier temps sur l’examen du dossier comprenant : 

  • Un Curriculum Vitae.
  • Une lettre de motivation.
  • Sujet de recherche détaillé (voir description ci-dessous).
  • Les relevés de notes de licence et les diplômes, éventuelles certifications en langues.
  • Les diplômes obtenus et tous les relevés de notes depuis le baccalauréat inclus, y compris les relevés de notes trimestriels ou semestriels pour un diplôme en cours d’obtention. Pour les diplômes étrangers : traduction effectuée ou authentifiée par les autorités françaises (service culturel de l’ambassade de France à l’étranger) ou par un traducteur assermenté en France.
  • Pour les candidats originaires d’un pays non francophone ou qui n’ont pas fait leurs études en langue française : certification d’un niveau C1.
  • Une pièce d’identité.


Si le dossier est retenu, l’appréciation sera fondée, dans un second temps, sur un entretien avec le spécialiste de l’aire géographique du projet de recherche proposé.


Description du projet de recherche attendu :

Le projet de recherche, d’une à deux pages, doit porter sur une question très concrète, qui donne lieu à un terrain d’un mois dans un lieu précis (on ne peut pas en quelques semaines se déplacer d’un bout à l’autre d’un pays), ou sur des questions précises ayant trait à l’espace numérique. Votre terrain vous amènera à observer et analyser des contextes sociaux et spatiaux locaux, à récolter et à produire des données pertinentes dans la compréhension de la situation géopolitique étudiée et à prendre contact avec des acteurs qui mettent en œuvre des stratégies pour emporter une décision, une bataille (électorale, militante, guerrière, etc.). Le sujet étudié doit porter sur un conflit ouvert ou latent entre des acteurs ou des groupes d’acteurs. Il peut se dérouler à l’échelle internationale ou nationale, mais aussi porter sur des événements concernant une région, une ville, un quartier. L’important est de se demander quelles personnes il serait possible d’interviewer. La recherche peut porter sur des thèmes de conflits et de rapports de force entre Etats (guerriers ou non), sur des questions de politique intérieure et d’aménagement du territoire, de rivalités ou de démocratie dans l’espace numérique. Ce peut être en France ou à l’étranger. À l’étranger, l’IFG refusera un sujet qui donne lieu à un terrain présentant des risques sécuritaires excessifs. L’évolution de la situation sécuritaire en cours d’année peut contraindre les étudiants à changer de sujet si le terrain devient impossible.
Des conseils sur la sécurité à l’étranger, par pays ou par région, peuvent être trouvés sur le site du Ministère des affaires étrangères.


Pré requis

  • Avoir une culture générale des questions géopolitiques et être capable de présenter un projet de recherche pertinent et réalisable.
  • Etre en mesure d’articuler des problèmes spécifiques et précis à des enjeux plus généraux, en mettant en œuvre la méthode d’analyse diatopique (multiscalaire) et diachronique.
  • Présenter un projet de recherche cohérent avec le profil du candidat ou de la candidate. Les candidats doivent avoir acquis ou être en train d’acquérir les compétences nécessaires à la production d’un mémoire, avec des éléments originaux et de terrain, dans le cadre du projet de recherche proposé.
  • Communiquer par oral et par écrit dans un style clair et précis en français et en anglais et, le cas échéant, maîtriser suffisamment la langue du pays du projet de recherche proposé pour y mener une enquête de terrain et lire la presse locale.
  • Démontrer des compétences d’expression écrite et des qualités rédactionnelles. Les étudiants auront à écrire en français un mémoire de recherche d’une centaine de pages, conforme aux exigences formelles (orthographe, style) inhérentes à ce type de travaux. La note du mémoire sera celle du M1.
  • Pouvoir mener un travail d’enquête de façon autonome, y compris à l’étranger. Les étudiants devront être persévérants, démontrer une grande capacité à travailler seuls et faire preuve de bonnes compétences relationnelles notamment pour surmonter une éventuelle timidité.
  • Actualiser ses connaissances en relation avec l’état de la recherche.
  • Savoir penser de façon complexe et argumentée, en développant un recul critique.
  • Disposer d’aptitudes à la compréhension, l’analyse, la problématisation et la synthèse
  • Être décidé à adopter une attitude de recherche, à la fois ambitieuse, honnête et humble.
  • S’adapter à différents contextes socio-professionnels et interculturels, nationaux et internationaux, et faire preuve d’ouverture à l’autre.
  • Avoir un intérêt pour l’enquête de terrain, l’analyse spatiale, la cartographie, l’analyse et le traitement de données quantitatives et qualitatives. La démarche géopolitique exige en effet de mettre en œuvre ces différentes méthodes


Modalités d’admission

Les modalités d’admission varient en fonction de la situation de chaque candidat (nationalité, pays de résidence, âge, type de diplôme, diplôme français ou étranger, candidat déjà ou jamais inscrit dans l’enseignement supérieur français, …).
Pour connaître la procédure qui correspond à votre profil, connectez-vous au site internet de Paris 8 à l’adresse suivante : https://appscol.univ-paris8.fr/admission-inscription/

En M1, le tronc commun est constitué de cours de méthodologie de la recherche géopolitique, analyse spatiale, cartographie, accompagnement tutoré pour amener les étudiants à réussir un exercice qu’ils n’ont encore jamais fait, la rédaction d’un mémoire de recherches (100 pages). Des cours de culture générale sont également prévus durant ce tronc commun.

En M2, les étudiants reçoivent un enseignement à la fois sur les enjeux et la méthodologie propre à la géopolitique locale et une formation technique (droit de l’environnement, droit de l’urbanisme, techniques et cadre juridique de la concertation, connaissance des acteurs locaux et notamment des collectivités territoriales). Le parcours fonctionne sur le mode de l’alternance pour tous les étudiants (stage de 4 à 6 mois ou apprentissage durant 9 à 12 mois, 2 jours de cours, 3 jours chez l’employeur).

Organisation et contenu des enseignements
Organisation et contenu des enseignements
M Géopolitique locale et gouvernance territoriale (aménagement, concertation)

Le cadre général des modalités de contrôle des connaissances qui s’appliquent à l’université Paris 8 est voté pour chaque année universitaire en Commission de Formation et de la Vie Universitaire. Ces modalités peuvent être complétées par chaque formation dans une annexe afin de tenir compte de leurs spécificités et de leurs orientations pédagogiques.

Afin de prendre en compte les difficultés spécifiques que peuvent rencontrer certains étudiants en raison d’une activité professionnelle ou de situations particulières notamment de handicap, un aménagement du contrôle continu est proposé au sein de la formation.

Les modalités de contrôle des connaissances et leurs annexes sont communiquées aux étudiants de préférence avant le début des cours ou au plus tard trois semaines après le début de ceux-ci.

Elles sont également accessibles sur https://www.univ-paris8.fr/Regles-de-scolarite-et-d-examens

La possibilité de faire des stages est réservée aux étudiants de deuxième année car en première année l’apprentissage de la recherche et de la rédaction d’un mémoire occupent tout le temps des étudiants. Nos partenaires s’attendent en outre à ce que les stagiaires aient acquis les compétences spécifiques de la géopolitique.


Types de structures d’accueil

  • Collectivités territoriales,
  • Cabinets de consultants et bureaux d’études,
  • Maîtres d’ouvrage,
  • Associations professionnelles,
  • ONG…


Missions types confiées aux stagiaires

  • Aide à la préparation d’ouvrages
  • Assistant rédaction en chef et coordination éditoriale
  • Aide à l’organisation d’évènements
  • Veille géopolitique
  • Cartographe
  • Analyste
  • Production de rapport
  • Assistant en communication
  • Mise à jour des bases de données
  • Participation à la réalisation d’études, suivi presse, notes de synthèse, compte-rendu de réunions
  • Soutien et développement d’actions de communication ou de concertation
  • Organisation d’évènements

Partenariats

Université Paris-Nanterre
Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris (MINES ParisTech)

Pour l’alternance
CFA Formasup


Echanges internationaux

Université d’Etat Ivan Djvakhishvili (Tbilissi)

Les spécialistes de la méthode d’analyse géopolitique peuvent accéder à des emplois dans les domaines suivants :

  • médias,
  • entreprises,
  • cabinets de consultants,
  • O.N.G. et associations,
  • ambassades,
  • ministères,
  • collectivités territoriales,
  • concours administratifs,
  • ou d’une préparation à la recherche ou Doctorat.
label Master diplôme controlé par l'état

Responsable de la mention et du parcours
Jérémy ROBINE

Capacité d’accueil
En M1 : 85
En M2 parcours Géopolitique locale et gouvernance territoriale : 20

UFR de rattachement
Institut Français de Géopolitique

Secrétariat
Bât. D, 3e étage
01 49 40 73 00
gpeyker@univ-paris8.fr

https://www.geopolitique.net

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8