Master Technologie et Handicap

Domaine : Sciences, Technologies, Santé
Mention : Mathématiques et Informatique Appliquées aux Sciences Humaines et Sociales (MIASHS)
Parcours : Technologie et handicap (HANDI)


Le Master mention MIASHS parcours Technologie et handicap (HANDI) constitue une formation originale et unique qui apporte une réponse aux demandes technologiques fortes de notre société et prépare des professionnels qui vont contribuer à l’application des lois existantes et, en particulier, de la loi concernant l’intégration des personnes handicapées et le droit à compensation (loi du 11 février 2005).

Il permet aux étudiants d’aborder des nouvelles technologies de l’information (réseaux, système, informatique, traitement du signal, logiciels spécialisés, domotique, neurophysiologie…) pour la mise en place de solutions facilitant l’intégration socio-économique des personnes handicapées physiques et sensorielles dans leur environnement social et professionnel. La société française est en profonde mutation vers une société inclusive. Beaucoup de travail reste à faire, même si on a constaté des progrès importants ces 15 dernières années. Le secteur public comme le secteur privé a, plus que jamais, besoin de spécialistes des aides techniques, de l’emploi des personnes handicapées et de l’adaptation des postes de travail, comme de spécialistes de l’accessibilité numérique. Les besoins en recherche sont aussi considérables.

Ces solutions techniques peuvent aussi répondre aux problèmes inhérents au maintien à domicile des personnes âgées, dont la proportion est en constante augmentation. En effet, l’allongement de la durée de vie associé à la baisse de la natalité provoque chez un grand nombre de personnes des problèmes nouveaux qui rendent difficile leur adaptation (surdité, mobilité, problème de vision, manque d’assistance...), et pour lesquels les nouvelles technologies peuvent également apporter des solutions (réseaux, télé-alarme, domotique, aide technique à la mémoire, objets connectés, robots…).

Ce diplôme, à forte composante multidisciplinaire (informatique, traitement du signal et de l’image, neurosciences, médecine, ergonomie, psycholinguistique, statistiques, etc.), s’appuie sur un réseau de professionnels externes de très haute qualité, les compétences de cette discipline émergente étant assez vastes et très dispersées.

Ce master comporte à la fois une finalité Recherche et une finalité Professionnelle. D’une part, il forme des personnes capables de s’attaquer à des problématiques de recherche dans le domaine des aides techniques, domaine en pleine expansion tant en France qu’en Europe et à l’International. D’autre part, il forme des professionnels capables d’évaluer et mettre en œuvre les aides techniques indispensables dans tous les domaines du handicap, que ce soit en milieu médicalisé ou personnalisé, nécessitant les technologies embarquées, notamment pour l’accessibilité à des postes de travail, pour des interfaces autonomes de communication, pour la domotique, pour l’accès au Web, pour la robotique thérapeutique, et plus largement l’utilisation des objets connectés et de l’intelligence artificielle.

Il s’agit de secteurs en forte croissance qui concernent plusieurs disciplines et pour lequel il n’existe pas un personnel qualifié. Nous proposons une formation supérieure adaptée dans ce domaine : une formation universitaire de haut niveau qui complète les compétences des participants et ouvre de nouveaux horizons dans leur profession.

Cette formation prépare des personnes très qualifiées dans les domaines suivants :

  • Conception de logiciels adaptés, d’aides techniques
  • Maîtrise de la notion d’accessibilité numérique (notamment du Web, mais aussi des logiciels) : évaluation et développement/réparation
  • École inclusive et conception universelle de contenus pédagogiques
  • Domotisation et automatisation des logements
  • Conception de robots d’aide à la personne,
  • Adaptation technique des postes et du lieu de travail, soutien logistique en informatique
  • DRH : recrutement, législation et démarches administratives pour l’embauche des personnes handicapées,
  • Sensibilisation au handicap
  • Contrats d’entreprise avec l’AGEFIPH, fonds FIPHFP dans la fonction publique, encadrement de l’inclusion des étudiants handicapés, MDPH, ETC.

En Master 1

Il existe plusieurs possibilités d’accès (communes à la formation initiale et à la formation continue) :

  • Accès direct : pour les candidats ayant un diplôme de niveau bac + 3 dans le domaine Sciences, Technologies, Santé (STS) : Licence MIASHS, d’Informatique, de Mathématiques.
  • Accès par sélection par le jury d’admission sur dossier et entretien : pour les candidats ayant un diplôme de niveau bac + 3 ou équivalent dans un autre domaine, notamment, de Licence Neurosciences, de Sciences de l’éducation (INSHEA), etc.
  • Accès par sélection par le jury d’admission sur dossier et entretien : possibilité d’équivalence ou de validation des acquis professionnels pour les candidats ayant un diplôme de niveau bac + 2 et une expérience professionnelle d’au moins 3 ans dans le domaine de la santé ou en connexion avec la technologie et le handicap. (Validation des études, expériences professionnelles ou acquis personnels – décret 2013-756 du 19 août 2013).
  • Accès par validation des études supérieures accomplies, notamment à l’étranger

 

Dans tous les cas, le nombre de places est limité par des raisons techniques (nombre de machines dans les salles de TP), et l’accès au M1 se fait dans la limite des places disponibles. Il repose sur l’étude d’un dossier comportant notamment un CV et une lettre de motivation. Les éléments de motivation sont largement pris en considération pour le recrutement des étudiants.

En master 2

L’accès en M2 est autorisé pour les titulaires d’une maîtrise ou des 60 premiers ECTS d’un master compatible. Dans tous les cas, le jury d’admission examine les dossiers des candidats répondant aux critères ci-dessous, et sélectionne les candidats en fonction de leur cursus universitaire antérieur, ainsi que les expériences professionnelles et les stages effectués par le candidat. Les candidats réussissant à cette première phase sont reçus pour une audition (selon les parcours) au cours de laquelle les motivations, le projet professionnel, et la préparation du candidat sont évalués.

  • Accès automatique : validation du cursus M1 MIASHS de Paris 8 (60 ECTS).
  • Comme en M1, le nombre de places est limité pour les mêmes raisons techniques. L’accès au M2 pour les étudiants n’ayant pas suivi le M1 MIASHS de Paris 8 repose sur l’étude d’un dossier comportant notamment un CV et une lettre de motivation. Les éléments de motivation sont largement pris en considération pour le recrutement des étudiants.

 

Peuvent candidater :

  • Les étudiants ayant validé une formation de niveau bac + 4 ou équivalent dans le domaine Sciences, Technologies, Santé (STS), notamment Informatique.
  • Les étudiants ayant validé une formation de niveau bac + 4 ou équivalent dans un autre domaine : Psychologie, Neurosciences, Ingénierie de la Cognition, ou d’un M1 technologique ou de tout diplôme ou formation qui puisse être considéré équivalent par le jury d’admission et satisfaire aux conditions de recrutement décrites ci-dessous, sous réserve de validation d’un prérequis technique.
  • Possibilité d’équivalence ou de validation des acquis professionnels pour les candidats ayant un diplôme de niveau bac + 3 et une expérience professionnelle d’au moins 3 ans dans le domaine de la santé ou en connexion avec la technologie et le handicap sous réserve de validation d’un prérequis technique.

 

En master 1 comme en master 2 le jury d’admission appréciera :

  • les motifs justifiant du choix de ce master par le candidat
  • les résultats obtenus en licence
  • Pour les ressortissants d’un pays non francophone et n’ayant jamais fait d’études en France ou dans un pays francophone, il sera apprécié en outre le niveau de français (compréhension et capacité d’expression initiales de la langues française suffisantes pour suivre les enseignements et échanger par des contributions écrites et orales).

 

Cette appréciation sera fondée sur l’examen du dossier comprenant :

  • un CV
  • les diplômes et relevés de notes
  • une lettre de motivation
  • pour les étudiants non francophones, l’attestation du test de français (DALF C2, DALF C, TCF 6, TCF 5, TEF 6, TEF 5)

 

Selon le dossier, le candidat pourra être reçu lors d’un entretien complémentaire.

Pré requis

L’accès au M2, pour les étudiants ne venant pas d’un Master MIASHS ou Informatique, est conditionné à la maîtrise de la programmation. Un examen pourra être organisé pour le vérifier. Les candidats n’ayant pas ce prérequis se verront proposer un accès au M1.

Pour les étudiants non francophones, l’attestation du test de français (DALF C2, DALF C, TCF 6, TCF 5, TEF 6, TEF 5) est requise.

Modalités d’admission

Les modalités d’admission varient en fonction de la situation de chaque candidat (nationalité, pays de résidence, âge, type de diplôme, diplôme français ou étranger, candidat déjà ou jamais inscrit dans l’enseignement supérieur français, …). Pour connaître la procédure qui correspond à votre profil, connectez-vous sur le site de l’Université https://appscol.univ-paris8.fr/admission-inscription/

Le Master comprend 1 030 heures d’enseignements hors stage.

Le temps est partagé entre d’une part des cours d’informatique et dans une moindre mesure de Mathématiques (Statistiques), et d’autre part des cours liés au handicap, aux compensation, aux aides techniques, et à l’accessibilité regroupés dans le cadre d’une UE Approches multidimensionnelles des handicaps (dans chacun des 4 semestres du Master).

1ère année de master (M1)

Le premier semestre (S1) est consacré, côté informatique, aux apprentissages de base : algorithmique et système, programmation objet, bases de données et programmation Web côté serveur et côté client.

Une série de cours sur les handicaps et les moyens de compensations (EC Handicaps et Compensations 1) aborde, avec différents intervenants, les principaux types de handicaps, les barrières rencontrées par les personnes dans leur participation sociale et les moyens de compensation, ainsi qu’un cours d’ergonomie.

De plus les étudiants doivent suivre une langue vivante (notamment la Langue des Signes Française – LSF – dans un cours proposé par le département ICH, ou une autre langue suivie au Centre de Langues de l’Université). De plus ils suivent un cours sur les techniques audiovisuelles numériques et un EC libre.

Au second semestre (S2), les cours sur les handicaps continuent selon le même principe (EC Handicaps et Compensations 2). En informatique les cours abordent les notions d’interfaces tangibles et nomades (IHM, initiation aux apps mobiles, électronique connectée) et la boucle perception-décision-action. De plus les étudiants doivent réaliser un projet individuel, dans le domaine de l’accessibilité du Web.

2nde année de master (M2)

Le semestre 3 (S3) est consacré à des approfondissements dans le domaine des apps nomades, des objets connectés et des agents artificiels, qui sont proposés en mode projet : après une introduction sous forme de cours, les étudiants se voient attribuer des mini projets individuels, avec encadrement. Un projet technique collaboratif est réalisé en groupe de 4 étudiants. De plus ils suivent un cours dédié aux techniques de communication scientifique, et un cours de neurosciences et de psychologie du handicap. Ils bénéficient également d’un cours de langue vivante. Le dernier semestre (S4) est consacré au stage et aux conférences.

L’initiation à la recherche se fait notamment via le cycle de conférences, mais aussi via le projet collaboratif, pour lequel les étudiants sont invités à utiliser les méthodes de la recherche : étude de l’état de l’art, choix d’hypothèses et méthodologie d’évaluation, rédaction d’un rapport incluant une bibliographie.

Cycle de conférence (tout au long de l’année)

Cycle auquel participent les étudiants de M1 et de M2 (une clause de la convention de stage permet aux étudiants de venir y assister au cours du second semestre). Ainsi chaque étudiant peut assister à 40 à 50 conférences au cours de ces 2 années. Les conférences sont données par des industriels, des académiques ou des membres de la société civile (administrations, collectivités, médical etc.) ayant une activité dans le domaine de la compensation du handicap.

Le cycle de conférences – sauf cas particulier – est ouvert au public. Il est transmis en temps réel sur internet, notamment à l’intention des étudiants en stage éloignés de Paris.

Chaque année, un cours mutualisé avec d’autres Master (Lille, Metz..) et organisé avec le concours de l’IFRATH sur Internet entre dans le cadre du Cycle de conférences.

Enfin les étudiants doivent assister à la conférence Handicap (organisée par l’IFRATH les années paires) et au colloque Jeunes Chercheuses, Jeunes Chercheurs de l’IFRATH - JCJC (organisé par l’IFRATH les années impaires) – entre le M1 et le M2 les étudiants assistent donc à une conférence Handicap et à un colloque JCJC.

Projet tuteuré

En M1, un projet étudiant-entité sans but lucratif (association – par exemple de personnes handicapées, collectivité locale ou autre organisme sans but lucratif) est obligatoire. Il met en collaboration une entité sans but lucratif et un étudiant (ou exceptionnellement un binôme) pour réaliser un projet. Il doit répondre à un cahier de charges précis et aboutir à un produit finalisé.

Ce projet représente un volume horaire de 150h. Il donne lieu à un rapport écrit et une soutenance.

En M2, un projet technique collaboratif collectif encadré est obligatoire. Il s’agit de l’exécution d’un projet original, multidisciplinaire, par des équipes d’étudiants, sur la thématique du parcours HANDI. Le projet représente pour chaque étudiant un volume horaire d’environ 1 à 2 mois/homme. Il doit être finalisé en février avec rédaction d’un rapport et soutenance publique devant un jury.

 

Organisation et contenu des enseignements
Master Technologie et handicap

Le cadre général des modalités de contrôle des connaissances qui s’appliquent à l’université Paris 8 est voté pour chaque année universitaire en Commission de Formation et de la Vie Universitaire. Ces modalités peuvent être complétées par chaque formation dans une annexe afin de tenir compte de leurs spécificités et de leurs orientations pédagogiques.

Afin de prendre en compte les difficultés spécifiques que peuvent rencontrer certains étudiants en raison d’une activité professionnelle ou de situations particulières notamment de handicap, un aménagement du contrôle continu est proposé au sein de la formation.

Les modalités de contrôle des connaissances et leurs annexes sont communiquées aux étudiants de préférence avant le début des cours ou au plus tard trois semaines après le début de ceux-ci.

Elles sont également accessibles sur https://www.univ-paris8.fr/Regles-de-scolarite-et-d-examens)

Un stage d’une durée minimale de 5 mois (700 heures) est obligatoire. Il peut se dérouler en entreprise, bureau d’étude, collectivité ou association, ou laboratoire. Il donne lieu à la rédaction d’un mémoire.

Selon le souhait de l’étudiant, il s’agit de stages de type “Recherche” (en laboratoire, ouvrant la possibilité d’une poursuite en thèse) ou bien de stages de type “Professionnalisant”.

Un suivi de stage est effectué par l’équipe pédagogique, incluant une visite si les conditions s’y prêtent (et sinon par téléphone, notamment lorsque le stage est éloigné).

Sauf en cas de nécessité de confidentialité, le mémoire soumis par l’étudiant, et après avoir été validé par le jury, est public, et une soutenance publique a lieu à l’université Paris 8, devant un jury composé d’enseignants-chercheurs. En cas de nécessité de confidentialité, l’organisme doit le spécifier dès le début du stage et cela sera précisé dans la convention de stage. Dans ce cas une version publique du mémoire doit être fournie, en plus de la version complète. Toujours dans ce cas une soutenance sera organisée à huis-clos.

L’adossement majeur concerne l’EA 4004 - Laboratoire Cognitions Humaine et artificielle, CHArt (Directrice : Isis Truck), et en particulier l’équipe THIM (Technologies, Handicaps, Interfaces, Multimodalités) à laquelle est affiliée la majorité des enseignants-chercheurs intervenant dans ce parcours.

L’école doctorale est l’ED 224 Cognition, Langage, Interaction.

 

Collaborations et conventions

• IFRATH (Institut Fédératif de Recherche sur les Aides Techniques pour personnes Handicapées)

L’IFRATH constitue une Société Savante sous la forme d’une association, rassemblant des chercheurs, des utilisateurs et des industriels ayant décidé de mettre en commun leurs compétences afin de créer des synergies permettant de favoriser l’avancement des recherches technologiques et méthodologiques se rapportant aux différents handicaps physiques, sensoriels et cognitifs. Une douzaine de laboratoires fait partie de l’IFRATH et constitue un vivier d’intervenants et une source importante de propositions de stage.

• INSHEA - Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés

• INSERM

• Hôpitaux : Necker, Garches, Pitié-Salpêtrière, Saint-Denis (Delafontaine)

De nombreux chargés de cours appartiennent à l’INSHEA - Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés, l’ULB – Université Libre de Bruxelles (enseignements sur la surdité), ainsi que des entreprises (notamment pour les cycles de conférences).

Partenaires socio économiques

De nombreuses sociétés françaises sont impliquées dans ce domaine, parmi lesquelles nous avons déjà collaboré avec un certain nombre, soit parce qu’elles ont proposé des stages à nos étudiants, soit en participant à notre cycle de conférences, soit en collaborant à des projets de recherche : des PME comme EuroBraille, ETEX, Ceccia, Medialis, EO Guidage, ou des sociétés nationales, multinationales et des établissements publics comme Orange, SNCF, RATP, La Poste, Essilor, Thalès, Cap Gemini, ERM Automatismes Industriels, Softbank Robotics, Robosoft.

Ce diplôme peut s’inscrire dans une démarche de parcours double master. Par exemple, ergonomie ou urbanisme amenant au métier de chercheur ergonome ou encore ingénieur en urbanisme. Il peut être également un accroissement de connaissance ou un tremplin vers un doctorat pour certains métiers tels qu’ergothérapeute.

Les étudiants qui le souhaitent et qui en ont la capacité peuvent poursuivre en doctorat à condition d’effectuer le stage au sein d’un laboratoire de recherche. L’équipe THIM du laboratoire CHArt est membre de l’école doctorale CLI et les étudiants faisant leur stage au sein de THIM pourront donc y être inscrits. Les étudiants effectuant un stage de type recherche dans un autre laboratoire membre de l’IFRATH pourront aussi avoir accès aux écoles doctorales auxquelles ces laboratoires appartiennent.

Le parcours HANDI forme des professionnels capables d’évaluer, de concevoir et mettre en œuvre les aides techniques indispensables dans les domaines du handicap, que ce soit en milieu médicalisé ou personnalisé, nécessitant les technologies embarquées, notamment pour l’accessibilité à des postes de travail ou à des interfaces autonomes de communication.

Une aide à l’insertion professionnelle des étudiants est prévue sous la forme de fichier d’entreprises qui demandent habituellement des stagiaires issus de ce diplôme, formation à l’expression orale et écrite, contacts avec les professionnels dans le cadre du cycle de conférences, etc. Il s’agit essentiellement de nouveaux métiers, non référencés dans les bases classiques. Voici quelques exemples :

• Spécialistes ouverts à des emplois nouveaux dans le domaine de l’informatique, de l’architecture, des ressources humaines, des milieux médicaux, techniques, de la pédagogie, etc.

• Professionnels sachant répondre à la demande existante d’experts en aides techniques ainsi qu’en adaptation des postes de travail, création et maintenance de logiciels d’éducation spéciale, accessibilité des logiciels et éléments d’interface, connaissance de ces outils pour leur application dans le cadre de la formation d’origine.

• Spécialistes de l’accessibilité logicielle (applications desktop, mobiles ou web accessibles)

• Spécialistes de l’accessibilité des contenus électroniques (documents accessibles, web)

• Chargés de mission dans les collectivités locales et administrations

• Encadrement technique dans des entreprises spécialisées

• Contrats d’entreprise avec l’AGEFIPH

• DRH : recrutement, législation et démarches administratives pour l’embauche des personnes handicapées

Responsable de la mention et du parcours :
Anis ROJBI

Capacité d’accueil :
M1 : 20
M2 : 20

UFR de rattachement :
eriTES (études, recherche et ingénierie en Territoires – Environnements – Sociétés)

Secrétariat :
Bât. D, salle 128
Tél. 01 49 40 73 25
master.handi@univ-paris8.fr

www.ufr-tes.univ-paris8.fr/Master-MIASHS

Abonnez-vous à la newsletter de l'université Paris 8